La réunion des membres de la commission de candidatures, y compris celle de la diaspora, de Tajamou amel El Djazaïr (TAJ) a été une occasion pour le chef du parti, Amar Ghoul, de réitérer le souhait de la direction de sa formation de présenter des listes de jeunes.

« Nous souhaitons que les jeunes, les femmes comprises, seront au moins 80 % de nos listes pour les prochaines élections législatives», a-t-il dit, hier, lors de la rencontre, tenue au siège du parti à Alger.
Soulignant que « seuls les jeunes sont en mesure de faire face et relever les défis actuels et à venir qui s’imposent au pays», notamment « avec la crise mondiale de l’économie et la situation sécuritaire dégradée dans les pays voisins ». Amar Ghoul a insisté, par ailleurs, sur la nécessité « de passer au peigne fin tout dossier de candidature », afin, dit-il, « d’aboutir à des listes exemplaires ».
« Les listes de Taj sont ouvertes à toutes les compétences à travers tout le territoire national », a avancé Amar Ghoul, indiquant que l’objectif est de donner « la crème des militants du parti » aux institutions élues de l’Etat.
« La chambre basse du Parlement a besoin de spécialistes, de gens compétents et de sang neuf », a-t-il dit, précisant que « c’est dans cette optique que Taj travaillera pour proposer des listes qui feront la différence lors des élections et le cas échéant, rafler les voix des électeurs ».
Le chef de Taj, et actuel sénateur du tiers présidentiel, qui a rappelé que les prochaines échéances électorales « doivent être une fête de la démocratie », a appelé les autres partis politiques « à hisser le niveau des débats et éviter l’insulte et l’invective ».
Il faut rappeler dans ce contexte qu’Amar Ghoul a proposé un « code d’honneur » pour la classe politique dont le but, disait-il, « de travailler main dans la main pour sauvegarder les acquis du pays, notamment, la paix et la stabilité». Interrogé sur une probable alliance à l’approche des législatives, M. Ghoul a exclu ce recours, du moins lors des prochaines élections, annonçant que le Taj « ira seul aux élections ». Toujours à ce propos, il a souligné que son parti est « disposé » à contracter des alliances dans l’avenir avec d’autres formations qui partagent les convictions et les orientations de Taj.
Concernant le conglomérat qui a regroupé deux pôles, celui du MSP-FC et le FJD-Ennahdha-El Bina, tous d’obédience islamiste, Amar Ghoul a souligné, d’autre part, que le Taj est un parti « nationaliste » qui peut « composer avec toute autre formation politique ayant comme souci l’Algérie et rien que l’Algérie ». Tout en réitérant son soutien au chef de l’Etat, Amar Ghoul a salué le travail réalisé par les collectivités locales et les éléments de l’Armée nationale durant les intempéries qui ont touché plusieurs villes du pays. Tout en considérant les fortes chutes de neige « comme un bien du ciel », Amar Ghoul a relevé « l’élan de solidarité et d’entraide enclenché entre les citoyens et les institutions de l’Etat ».