Des milliers de personnes venues des différentes régions du pays et de l’étranger séjournent actuellement dans la daïra de Taghit, pour les fêtes de fin d’année. Cette région à vocation touristique connaît, ces derniers jours, un engouement de touristes nationaux et étrangers.

Des milliers de personnes venues de plusieurs wilayas du pays séjournent actuellement à Taghit en perspective des fêtes de fin d’année, profitant d’une totale sécurité, de la chaleur et de la générosité de ses habitants. Attirés par les nombreux sites et lieux historiques, notamment le sable doré de cette région saharienne, qui possède des vertus thérapeutiques, les gravures rupestres dont les dessins remontent à plus de 30 000 ans. Sans compter la grande palmeraie et un ksar majestueux de plus de 14 siècles, qui font également partie des nombreux atouts de la région. Cette année, les responsables locaux de cette petite commune de 9 000 habitants, qui ont entamé depuis plusieurs semaines une vaste opération d’embellissement et d’entretien de la ville et des ksour avoisinants, ont réservé un site près de la mairie pour abriter le marché de l’artisanat et ont organisé une exposition au centre culturel. Des amateurs du ski sur sable sont venus célébrer la fin de l’année au cœur des dunes du grand erg occidental. Au programme de cette fête de fin d’année,

figure la visite des ksour de Taghit et tout ce qu’ils renferment comme potentiels pouvant contribuer à la relance du secteur du tourisme. Les habitants de cette région touristique organisent des randonnées à dos de chameaux, des courses de motos et offrent des déjeuners en pleine palmeraie et des dîners sur les dunes. Dans ces lieux, le pain traditionnel est cuit sur place sous le sable chaud. Sous les kheimas, plusieurs jeunes offrent des repas traditionnels comme le couscous, le méchoui, m’khelaa, m’hamssa et merdoum. À l’entrée du vieux ksar de Taghit, des habitants ont ouvert des locaux pour servir du thé avec des cacahuètes et parfois des dîners traditionnels. Taghit, qui n’attire les touristes que trois fois par an, la fin de l’année, les vacances scolaires du printemps, l’été pour les bains de sable, est, malheureusement, confronté au manque de structures d’hébergement et d’hôtels, pouvant accueillir ces visiteurs. Pour bien recevoir les hôtes de la Saoura, les autorités locales ont encouragé le tourisme chez l’habitant, qui ne demande qu’à être amélioré et généralisé. Cette formule par laquelle le propriétaire d’une habitation met à la disposition d’une ou plusieurs personnes, à titre onéreux et temporaire, toute ou une partie de sa propriété assortie de prestations. Le propriétaire doit déclarer l’hébergement des touristes de nationalité étrangère aux services de sécurité compétents.
Selon un membre de la société civile, les touristes venus du Nord du pays choisissent généralement les maisons d’hôtes, situées à l’intérieur du ksar, et les tentes implantées dans la palmeraie, en raison de son faible coût moins de 10 000 DA. Cependant, ces structures d’hébergement traditionnelles ne peuvent plus répondre à la demande des milliers de visiteurs, d’où la nécessité de lancer un appel au concours des investisseurs pour contribuer d’une manière efficace à introduire d’autres commodités pour permettre aux visiteurs de passer des séjours agréables.
Pour relancer le tourisme à Taghit, il faut construire des campings traditionnels et encourager les investisseurs à bâtir des auberges et des maisons d’hôtes, d’une part, et restaurer les vieux ksour pour faciliter l’exploitation des habitations pour l’hébergement, d’autre part. Selon les habitants de cette ville, les conditions à mettre en place pour le développement du tourisme dans cette région du sud du pays sont : la construction d’un aéroport à Taghit, la pratique de tarifs promotionnels pour le transport aérien, surtout pour les familles ou les groupes, la création d’agences touristiques, le développement des réunions d’affaires, séminaires et autres festivals et la relance des activités culturelles comme le Maoussim de Taghit ou le festival international du court métrage de Taghit.