L’issue du congrès du Conseil des lycées d’Algérie (CLA), qui s’est tenu au lycée Frantz-Fanon de Boumerdès et qui a pris fin, hier, a vu la réélection de son secrétaire général, en l’occurrence Idir Achour.

Le nouveau bureau du conseil, qui est constitué de 7 membres, a vu l’élection de 5 nouveaux membres qui sont appelés à donner plus de dynamique au mouvement syndical, nous a déclaré Idir Achour. Il a ajouté que le CLA va poursuivre sa lutte syndicale pour satisfaire la plateforme de revendications relatives à l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des enseignants. «Ainsi, nous allons d’ores et déjà nous atteler à préparer la rencontre bilatérale avec le ministère de l’Education nationale prévue le 3 janvier prochain», dira-t-il, en précisant la volonté du CLA de garder son autonomie politique et financière. Il n’a pas omis d’ailleurs de réitérer l’engagement et la mobilisation de la nouvelle direction ainsi que les militants de poursuivre et de renforcer la lutte syndicale pour l’unité et la satisfaction des revendications socioprofessionnelles des enseignants. Il citera la retraite à 25 ans, la défense du pouvoir d’achat des travailleurs, le statut de l’enseignant, l’école publique et sa qualité et la défense des libertés syndicales et de toutes les libertés, lesquelles revendications sont réitérées par les congressistes. Notre interlocuteur a évoqué également la préparation de l’assemblée générale pour la création de la confédération des syndicats prévue le 13 janvier prochain, dont le CLA est l’un des initiateurs. Concernant la réforme du bac avancée par la ministre de l’Education nationale, le nouveau secrétaire général du CLA a exprimé son opposition, assimilant celle-ci à du bricolage, tout en exigeant une réforme globale du cycle secondaire, a-t-il indiqué.