Mardi soir, l’instance dirigeante du football européen a annoncé l’ouverture d’une procédure disciplinaire contre les trois clubs restants de la Super League. Aujourd’hui, on apprend qu’elle envisage sérieusement de les exclure de la Ligue des Champions.
L’UEFA ne plaisante pas. Très réactive après l’annonce de la création de la Super League, l’instance dirigeante du football européen n’avait pas vraiment eu de difficultés à convaincre les six clubs anglais (Manchester United, Manchester City, Chelsea, Arsenal, Liverpool, Tottenham) engagés dans ce projet à jeter l’éponge. Face à la gronde générale, deux des trois Italiens (AC Milan, Inter) et l’Atlético de Madrid avaient eux aussi fait un pas en arrière.
De leur côté, le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus n’ont rien lâché. Et ça, ça ne plaît pas à l’UEFA. Alors que des sanctions étaient plus ou moins annoncées, elle a officiellement annoncé hier soir qu’une procédure disciplinaire avait été ouverte contre ces trois formations. « Après une enquête menée à bien par les inspecteurs d’éthique et de discipline de l’UEFA en rapport avec le projet Super League, des procédures disciplinaires ont été ouvertes contre le Real Madrid CF, le FC Barcelone et la Juventus FC en raison d’une potentielle violation des règles de l’UEFA. De nouvelles informations seront communiquées en temps voulu ».

Les frondeurs pas impressionnés
Que va faire l’UEFA ? Ira-t-elle jusqu’à prononcer des sanctions inédites ou se limitera-t-elle à de grosses amendes ? Selon la radio espagnole Cadena COPE, ce sera les deux mon capitaine ! En effet, le média annonce que l’UEFA envisage sérieusement d’exclure les trois rebelles de la Ligue des Champions (La Liga garderait ses 4 places qualificatives), et ce, pendant les deux prochaines saisons, ajoute le Daily Mail ! À cela s’ajouteraient donc également des sanctions financières. Une information qui, si elle se confirme, serait un véritable séisme.
Avec 13 sacres au compteur, le Real Madrid a fondé sa légende grâce à la coupe aux grandes oreilles. Voir la Casa Blanca en être privée marquerait inévitablement les esprits. Cependant, AS rapporte que les trois frondeurs ne seraient nullement impressionnés, ni intimidés par le communiqué de l’UEFA. « L’UEFA a été obligée d’annoncer des sanctions, mais c’est un coup dans le vent. Cette menace n’a pas de fondement », indique une source au journal. De plus, la COPE ajoute que le tribunal arbitral du sport (TAS) serait immédiatement saisi. Alors, chiche ? n