L’adversaire : « Contre une équipe de qualité, les directives étaient de réduire les erreurs. Ça se paye cash à ce niveau-là. Ils sont capables d’être clinique, jusqu’à l’expulsion nous avons été juste, un joueur en moins, ça devient très difficile. »
Les matchs de novembre : « Sur les deux matchs, on fait jouer quasiment tout le monde. Nous avons joué contre une grosse équipe du Mali. Il faut que nous soyons humbles et que l’on se mette à travailler. Le but c’est d’amener un maximum de joueurs au niveau que requiert l’EN. Sur les 10 derniers matches : tous les buts concédés ont été marqués sur coup de pied arrêtés ».
Aouar et Aït Nouri : « Vous citez Houssem Aouar. Ce joueur a cette capacité de jouer entre les lignes et ça, on ne le retrouve pas chez tout le monde. Ait-Nouri pourrait être le pendant de Atal à gauche, en se projetant rapidement, rentrer à l’intérieur, prendre l’extérieur et centrer… Ce sont des joueurs extrêmement intéressants ».