Suspendus en raison de difficultés budgétaires que vit le pays, plusieurs projets sanitaires seront débloqués. Une enveloppe de plus de
42 milliards de dinars a été allouée pour lever le gel de certains projets de réalisation et d’équipement des infrastructures hospitalières dans les wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux Plusieurs projets névralgiques ont été gelés, ces dernières années, au niveau de plusieurs wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux suite à la politique de restriction budgétaire, menée par les pouvoirs publics, imposée par la chute des prix du baril de pétrole sur le marché international. Le secteur le plus touché par « l’austérité » est celui de la santé.
Ainsi, après le dégel pour les pourvoyeurs de projets dans le secteur des transports, dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (Ansej) pour les régions des Hauts-Plateaux et du Grand-Sud, le gouvernement a décidé d’élargir cette mesure aux promoteurs et porteurs de projets dans le secteur de la santé.
Lors d’une rencontre à Alger avec les walis des régions du Sud et des Hauts Plateaux et des représentants du secteur de la Santé des wilayas du Sud et des Hauts Plateaux en présence du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Salah-Eddine Dahmoune, le ministre de la Santé Mohamed Miraoui a fait savoir que le gouvernement a dégagé, à travers la Loi de finances 2020, une enveloppe de 42 milliards de DA pour l’ensemble des projets de santé, destinés aux populations du Sud et des Hauts-Plateaux, dont 19 milliards de DA destinés à ceux qui étaient gelés, et le reste pour les nouveaux programmes inscrits au profit de ces dernières. Il a ajouté d’autres mesures dans le sens d’une meilleure prise en charge sanitaire de ces habitants, dont le transfert des malades d’Illizi vers Alger ainsi que la réalisation de nouvelles structures de santé à Adrar et Tamanrasset.
Pour sa part, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Salah Eddine Dahmoune, a fait part de la formation, à moyen terme, de plus de 200 médecins spécialistes issus du Sud et des Hauts-Plateaux dans les universités et autres centres médicaux nationaux, notant que ces derniers seront appelés à exercer dans les nouveaux hôpitaux qui seront prochainement réalisés.
Renforcement de 21 structures hospitalières
De son côté, le ministre des Finances, Mohamed Loukal également présent à la rencontre a précisé qu’une enveloppe de plus de 17 milliards DA avait été allouée pour lever le gel de certains projets de réalisation
et d’équipement des infrastructures hospitalières et sanitaires dans le Sud et les Hauts-Plateaux, rappelant que d’autres projets d’une valeur de
42 milliards DA avaient été inscrits dans la Loi de finances 2020.
Le ministre a expliqué que sur
les 17 milliards DA alloués, 8,7 milliards DA provenaient du Fonds spécial pour le développement du Sud et 9,13 milliards DA du Fonds spécial pour le développement des Hauts-Plateaux. Cette enveloppe permettra d’équiper 21 hôpitaux d’une capacité allant de 60 à 120 lits et des établissements hospitaliers spécialisés dans la santé maternelle et infantile d’une capacité de 60 lits, de réaliser des polycliniques et d’acquérir des appareils de dialyse, 12 ambulances équipées et 15 cliniques mobiles, a fait savoir M. Loukal.
Le ministre a, en outre, affirmé que ce dégel traduisait « la volonté des pouvoirs publics de relancer des projets de développement local inscrits au profit des wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux », estimant que cette décision « incite à l’optimisme en ce qu’elle permet de relancer des projets de développement à caractère social d’importance au niveau local ».
La décision du gouvernement de consacrer une enveloppe financière aux régions du Sud et des Hauts-Plateaux s’inscrit dans le cadre de la relance des projets et de la poursuite de la prise en charge des besoins de ces régions par le renforcement des infrastructures du secteur de la Santé, a-t-il rappelé. Le premier responsable du département a, à cet égard, insisté sur l’impératif de mobiliser tous les moyens pour la réalisation des projets inscrits « dans les plus brefs délais ». A cette occasion, les attestations de réalisation des projets, portant le visa du contrôleur financier, ont été remises aux représentants du secteur de la Santé et aux walis des régions du Sud et des Hauts-Plateaux.F. D.