Le ministre de l’Energie a plaidé, jeudi, pour l’adoption de nouveaux mécanismes qui permettraient d’orienter les subventions accordées sur le gaz vers les catégories vulnérables. En attendant, le prix du gaz profite à toutes les catégories sociales, à un prix dix fois moins cher que dans les autres pays grâce aux subventions de l’Etat, a indiqué Abdelmadjid Attar, lors d’une séance plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN).

M. Attar répondait au député Khelifa Benslimane (Front El-Moustakbal) qui voulait savoir pourquoi les autorités n’ont pas répondu favorablement aux demandes de réduction des prix du gaz et de l’électricité en hiver pour certaines villes les plus impactées durant cette saison. Il expliquera que les prix des deux produits énergétiques n’étaient pas établis par son département, mais que cette tâche était du ressort de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (Creg). Cette dernière « fixe le prix à 34,17 centimes par thermie, en vertu d’une décision, alors que le prix réel est de 42,89 centimes par thermie », a-t-il rappelé. Or, cette situation « ne permet pas à Sonelgaz de préserver son équilibre financier », a alerté le ministre.
Sonelgaz recourt, dans sa tarification, à quatre tranches, à travers lesquelles, elle prend compte de la nécessité de préserver le pouvoir d’achat du consommateur. La tranche 1 appelée tranche sociale, est estimée à 16,82 cDA/Th (en cas d’une consommation inférieure à 375 Th. Tandis que le tarif de la tranche 2 est estimé à 0,3245 DA/th.
Le soutien de l’Etat représente un taux de 65% de la valeur de consommation des ménages dans les régions du Sud, selon le ministre, qui précise que les montants affectés par l’Etat à la subvention de l’électricité dans les régions du Sud ont dépassé, en 2019, 18 mds de DA.
Répondant à une autre question du député Houcine Ben Kelala (Front national pour les libertés) autour de « la réticence » des entreprises relevant du Groupe Sonatrach quant à la réalisation de certaines structures publiques, dont le manque se fait sentir dans la wilaya d’Illizi, notamment celles relatives aux infrastructures et portant essentiellement sur la vie du citoyen et ce, en dépit de l’inscription des projets depuis plus de dix années, M. Attar a indiqué que cette responsabilité incombe aux autorités locales et ne relève pas de la compétence de Sonatrach. « Sonatrach s’intéresse à la réalisation de projets dans le domaine des hydrocarbures », a-t-il souligné, ajoutant que la problématique de réalisation et d’édification des infrastructures sociales est de la compétence des pouvoirs publics qui ont les prérogatives de prospecter les entreprises de réalisation ». « Sonatrach peut uniquement contribuer avec un soutien financier ou à travers la participation via des filiales dans la réalisation de certains projets dans le respect du code des marchés publics », a-t-il encore expliqué.

Exportations algériennes : le ministre dément les chiffres «erronés»
Le ministre de l’Energie a apporté un démenti, jeudi, à certains médias étrangers qui ont avancé récemment des chiffres « erronés » sur les exportations algériennes d’hydrocarbures en 2020.
L’année dernière, l’Algérie a exporté quelque 937 000 barils/jour de pétrole et 40 milliards mètres cubes de gaz, a affirmé Abdelmadjid Attar, lors d’une plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN), consacrée aux questions orales. Il a soutenu que « les exportations de pétrole et ses dérivés n’ont pas enregistré de baisse de 290 000 b/j comme rapporté par certains milieux ». Les volumes pétroliers exportés en 2020 par l’Algérie engobent 677 000 b/j de pétrole brut et 80 000 b/j de condensat, soit 180 000 b/j de pétrole, a détaillé le ministre, soulignant que les recettes s’élèvent à 20,2 milliards dollars (USD), dont 13,2 milliards USD pour le pétrole et 7 milliard USD pour le gaz.
Et d’ajouter que «ces chiffres, exacts, sont publiés sur le site du ministère depuis la première semaine de l’année », et la « publication des chiffres erronés, sans fondement, cache des intentions malveillantes ». n