Des mesures urgentes ont été prises lundi, lors d’un Conseil interministériel présidé par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, à l’effet d’atténuer au maximum les effets du stress hydrique dont souffre actuellement le pays, selon un communiqué des services du Premier ministre.
Ces mesures visent à garantir «non seulement la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable de la population, mais également la sécurisation du système national de production agricole», selon le communiqué.
Le Conseil interministériel a été consacré «au plan d’action urgent pour contenir les impacts du stress hydrique, notamment avec l’enregistrement, ces derniers mois, d’une pluviométrie inférieure à la moyenne, et une augmentation de la consommation d’eau, ce qui induirait un déficit hydrique précoce, si les conditions météorologiques persisteraient durant les prochains mois dans un scénario pessimiste», poursuit le communiqué.