Le ministère de l’Education nationale poursuit les rencontres bilatérales avec les syndicats du secteur ayant exprimé leur volonté d’être reçus pour une réunion supplémentaire pour débattre à nouveau du statut particulier des travailleurs.

PAR MILINA KOUACI
Aujourd’hui, la Commission technique chargée d’élaborer le statut particulier des travailleurs du secteur reçoit, dans la matinée, le Syndicat autonome des fonctionnaires de l’orientation et de la guidance scolaire et professionnelle (Safogsp) et le Syndicat des inspecteurs de l’éducation nationale (Sien) dans l’après- midi. Ladite commission recevra les 16 syndicats pour deux autres rencontres avant de soumettre le nouveau texte à la commission ad hoc du gouvernement. Selon des syndicats du secteur, le statut particulier entrera en vigueur au début de 2023.
Mardi et jeudi derniers, la commission a reçu le personnel de l’éducation et de la formation, les laborantins, les censeurs des lycées et les superviseurs et adjoints de l’éducation. Lors de ces réunions bilatérales, les syndicats ont débattu de leurs revendications et propositions «non prises en compte» par ladite commission. En ce qui concerne les revendications des laborantins, la commission a promis de prendre en charge quelques revendications, mais en leur expliquant que le dernier mot revient à la commission ad hoc. A titre d’exemple, il a été accepté d’augmenter la prime de rendement de 30 % à 40%.
Les laborantins exigent la revalorisation de l’indemnité technique de 25 à 40%. Les laborantins demandent de relever à la hausse le point indiciaire et d’instituer de nouvelles indemnités (documentation et d’expérience pédagogique).
Autre doléance, la promotion des diplômés des instituts de l’éducation nationale et des universités, la graduation des anciens laborantins, selon expérience, ainsi que la création d’une nouvelle catégorie (laborantin chef de service) avec l’ouverture de nouveaux postes budgétaires pour couvrir les besoins du secteur. Ils demandent également de classer le métier des laborantins de l’éducation parmi les métiers à haute pénibilité. Quant à la réduction du volume horaire des laborantins, le dossier est en cours d’étude au niveau de la Fonction publique.
Pour rappel, le dossier de statut particulier a été ouvert sur instruction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune qui a ordonné, lors d’un Conseil des ministres en mai 2021, d’ouvrir le dialogue avec les différents partenaires sociaux en vue d’améliorer la situation socioprofessionnelle des affiliés au secteur à travers la révision du statut particulier des travailleurs.
Cependant, plusieurs syndicats avaient exprimé à maintes reprises leurs «réserves et mécontentement des conclusions» de la commission mixte chargée de l’élaboration du statut particulier. Suite aux «réserves et déceptions» exprimées, le ministère a annoncé la prolongation du travail de la commission mixte au 13 octobre prochain avant de soumettre le nouveau texte de loi à la commission ad hoc du gouvernement. n