par MILINA KOUACI
Le projet de loi portant statut particulier des corps spécifiques de l’Education a été remis à la commission ad hoc du gouvernement pour examen, et ce, quelques jours après l’avoir soumis à la direction générale de la Fonction publique.
D’après Boudjemaa Mohamed Chihoub, président de l’Organisation nationale des professeurs de l’Education, la commission ad hoc du gouvernement composée des représentants de la direction générale de la Fonction publique, du ministère des Finances et du ministère de l’Education nationale, a entamé des réunions jeudi dernier pour examiner le projet de loi portant statut particulier des travailleurs de l’Education.
Ce texte devant régir le parcours professionnel des travailleurs du secteur n’a pas été soumis au partenaire social pour enrichissement, avant sa finalisation, dénoncent les syndicats qui reprochent à la tutelle de ne pas tenir ses engagements. Ils ne cessent de rappeler que le dossier a été ouvert pour améliorer les conditions socioprofessionnelles des travailleurs, notamment des enseignants.
Plusieurs syndicats ont exprimé leur «refus» du projet, tant qu’il n’a pas été soumis pour enrichissement par les syndicats, qui dénoncent «l’attitude des responsables du ministère» qui met le partenaire social devant «le fait accompli en lui imposant un projet de loi qui n’a pas été étudié ou enrichi». Les syndicats, notamment, du corps enseignant, regrettent qu’après plus d’une année de l’ouverture du dossier, le ministère s’est contenté de présenter un exposé synthétisé de ce qui a été fait par la commission chargée du dossier, accusant le même département de ne pas vouloir dévoiler plus de détails sur la question des classifications. Contrairement aux syndicats, le ministre de tutelle Abdelhakim Belabed a annoncé le nouveau projet de loi en grande pompe. Pour lui, le nouveau statut particulier n’est pas une simple révision, mais un «pas stratégique de l‘Etat qui a décidé de promouvoir les travailleurs du secteur dans la société». Ce dossier a été ouvert le 25 octobre 2021 et depuis, 34 rencontres bilatérales ont été organisées avec différents syndicats représentant toutes les catégories des travailleurs de l’Education. M. Belabed a tenu à rappeler que le statut particulier répond aux exigences sociales, professionnelles et pédagogiques de l’enseignant, qu’il comporte plusieurs nouveautés en faveur des employés, notamment de l’enseignant. Il a cité, entre autres, la classification, la réduction du volume horaire des trois cycles, la dispense des travaux non pédagogiques et la réinstauration de l’autorité pédagogique de l’enseignant, ainsi que la création de poste d’enseignant chercheur. <