Ça sent le cramé ! Et c’est le moins que l’on puisse dire. Youcef Belaïli et le Stade Brestois 29 pourraient mettre fin à leur collaboration incessamment. En effet, les deux parties ne seraient plus sur la même longueur d’ondes. Et pour cause, l’entraîneur Michel Der Zakarian ne tolère plus l’attitude désinvolte de l’Algérien qui manquerait de professionnalisme selon les échos en provenance
de Bretagne. Cette fissure entre lui et son coach pourrait précipiter la résiliation du contrat qui court jusqu’en juin prochain.

Par Mohamed Touileb
On croyait qu’à 30 ans, Belaïli était enfin arrivé à une maturité qui devrait lui permettre de faire ce qu’il a tardé à accomplir, s’imposer dans un championnat européen. Après six mois d’« expérimentation » au Stade Brestois lors de la saison 2021-2022, il a fini par obtenir un bail d’une autre année avec les Finistériens. C’est grâce à un finish remarquable où il avait marqué un but et délivré 1 passe décisive lors des 5 dernières rencontres du championnat de Ligue 1 Uber Eats (France).
Mais voilà que la séquence 2022-2023 a commencé et le milieu offensif présente des difficultés à enchaîner les performances et se mettre au diapason. Pour ne rien arranger, les mauvaises habitudes du « Fennec » ont ressurgi. Mauvaises conduites, nonchalance et manque de professionnalisme, tout cela n’a pas plu à Der Zakarian qui a pourtant pris le risque de le confirmer dans ses plans malgré la réputation de l’ancien sociétaire du Qatar SC.

Echauffement arrêté, chasuble jeté et Der Zakarian fâché
C’est un carton jaune pris contre le RC Strasbourg, le 04 septembre dernier, qui serait l’élément déclencheur de la détérioration de la relation entre les deux hommes. En effet, le chef de la barre technique pense que le 3e meilleur buteur (15 offrandes) a pris expressément l’avertissement pour simulation afin de quitter le club trois jours plus tôt avant la date FIFA de septembre. Cette suspicion a suffi pour que le driver décide de le « sanctionner ».
Ainsi, Der Zakarian ne l’a pas aligné d’emblée pour le choc contre le Paris Saint-Germain. Envoyé à l’échauffement avec le reste des remplaçants, Belaïli a compris qu’il n’allait pas entrer en jeu à la 85e minute. Il décide alors d’enlever sa chasuble et de partir s’asseoir dans la tribune des remplaçants du Parc des Princes. Un geste d’humeur qui ne passe pas.
L’enfant d’Oran savait au préalable qu’il n’allait pas jouer une semaine plus tard à domicile contre l’AC Ajaccio parce qu’il était suspendu pour cumul de cartons. Pour autant, Der Zakarian n’en avait pas fini avec lui après son attitude face aux camarades de Lionel Messi. En effet, le chef de la barre technique lui demandera de jouer avec la réserve brestoise.

Le père confirme que Youcef est en instance de départ
De cette manière, même s’il ne jouait pas avec l’équipe première, il restait lié au club et ne pourrait pas avancer son départ en Algérie. Belaïli n’en fera qu’à sa tête. Il décide alors de faire l’impasse sur le match avec la deuxième équipe et rentre, sans la permission du club, en Algérie pour retrouver sa famille, qui ne réside pas avec lui à Brest car n’ayant pas obtenu de visa, avant de rallier le stage de l’équipe nationale.
Son père Abdelhafid Belaïli confirme, dans une déclaration faite à Echourouk TV, que son fils « va s’asseoir autour d’une table après la fin de ses engagements avec la sélection pour parler de son avenir en club. Pour l’instant, on ne sait pas s’il ira au terme de son contrat ou pas. Mais je peux vous assurer qu’il a déjà des offres intéressantes ». Youcef pourrait grandement retourner dans le Golfe pour y finir sa carrière. Chassez le naturel, il revient au galop. n