Le président de l’APC de Mohamed-Belouizdad, à Alger, a décidé de fermer le stade 20-Août après la chute d’un des portails du stade qui causé le décès d’un enfant de 4 ans. Incident précédé par le drame de la bousculade qui a émaillé le concert de Soolking, où cinq personnes ont trouvé la mort et une vingtaine d’autres ont été blessées.
Un enfant âgé de quatre ans est décédé, mercredi dernier, après avoir été gravement blessé suite à la chute d’un des portails métalliques à l’entrée principale du stade 20-Août à Alger. La victime a succombé à ses blessures après avoir été évacuée par les agents de la Protection civile vers la polyclinique des Annassers. Un drame survenu quelques jours après la tragique bousculade au concert de Soolking, qui a fait cinq morts et des dizaines de blessés au même lieu.
Pour ces raisons, le P/APC de Mohamed-Belouizdad a pris la décision de le fermer jusqu’à nouvel ordre. Selon la page Facebook de la commune de Mohamed-Belouizdad, le P/APC a présidé une réunion d’urgence à laquelle a assisté le secrétaire général de la commune. Ainsi, plusieurs décisions ont été prises, notamment la fermeture du stade 20-Août jusqu’à nouvel ordre avec la poursuite des travaux du sol et le fonctionnement normal de la salle de concert, la suspension (qui peut vouloir dire limogeage) du directeur du stade et le gel des activités de l’Association communale de Mohamed-Belouizdad, au niveau de la piscine communale, qui était chargée de sa gestion conformément à un accord administratif conclu avec la direction de la jeunesse et des sports. Il a annoncé sur la même page la désignation d’un comité technique pour inspecter le stade et soumettre un rapport détaillé. Enfin, le P/APC a également exigé que tous les responsables chargés des installations de la commune prennent leurs responsabilités.
Rappelons, qu’en 1982, ce même stade avait déjà été le théâtre d’une catastrophe en raison d’une terrible négligence. C’était lors du match NAHD-MCA devant un public des grands jours. Un public très nombreux au point d’occuper un toit, qui date de la construction du stade, fait pour abriter le public et non pour supporter la charge des spectateurs. Le toit a fini par céder occasionnant la mort de plusieurs spectateurs alors que d’autres ont été marqués à vie. Incontestablement, ce jour-là, la responsabilité du drame incombait à ceux qui avaient laissé le stade se remplir très au-delà de ses capacités et ceux qui n’avaient pas pris la précaution d’interdire l’accès du toit aux spectateurs. Aujourd’hui, le stade 20-Août refait la Une de l’actualité.