Le troisième ouvrage dans la série PIM «Petits inédits maghrébins», qui propose «des textes (romans, essais, théâtre, recueil de poésies…) totalement inconnus (…) à petit prix, dans un format 10×14 et une maquette soignée», paraîtra en Algérie début septembre. Il s’agit de «Souvenirs dans le vertige» d’Anna Gréki et Mohammed Khadda. El Kalima édition publiera

, début septembre en Algérie et à la fin du même mois en France, dans la série PIM «Petits inédits maghrébins», le texte «Souvenirs dans le vertige» –qui devait initialement s’intituler «Prolégomènes à l’art nouveau»– d’Anna Gréki et Mohammed Khadda. Présenté par l’universitaire Naget Khadda, le livre est construit autour de textes écrits en collaboration ou individuellement «comme autant d’hommages réciproques», lit-on sur la présentation de l’éditeur. «Si Mohammed Khadda (1930-1991) est parfaitement connu comme l’un des maîtres de la peinture algérienne, Anna Gréki (1931-1966), poète morte prématurément, l’est beaucoup moins. Celle-ci «écrit assidûment et peint à l’occasion», celui-là peint avec frénésie et écrit de temps en temps. Tous deux militent au sein du même parti, le Parti communiste algérien, nouant à travers art et militantisme une profonde amitié. En présentant ces textes (…), Naget Khadda met bien en évidence les rêves et les aspirations d’une génération d’intellectuels engagés «à un moment où l’engagement des artistes n’était pas décrié et où ce mot n’était pas tourné en dérision mais se conjuguait avec solidarité, égalité, progrès, fraternité», souligne encore l’éditeur. En outre, «Souvenirs dans le vertige est le troisième texte de la série PIM «Petits inédits maghrébins», réalisée sous la direction du directeur littéraire des éditions El Kalima, le professeur Guy Dugas. El Kalima a déjà publié, dans la même série : «L’Offense» d’Abdelkader Hadj Hamou (présenté par Hadj Miliani) et «L’Enfant fruitier» de Jean Sénac (présenté par Guy Dugas).

Ces livres font, par ailleurs, partie de la collection Djib (poche). L’éditeur publiera prochainement dans la même série et collection, «Camus, Alger -1965» (présenté par Agnès Spiquel) prévu pour octobre 2018, «Khadidja» et autres textes maghrébins de Montherlant dont la sortie est prévue pour fin 2018, et «Lettres de condamnés de la révolte de Marguerite» (présenté par Christian Phéline) qui sera disponible début 2019.
Pour rappel, la série PIM «Petits inédits maghrébins» propose «des textes (romans, essais, théâtre, recueil de poésies…) totalement inconnus (…) à petit prix, dans un format 10×14 et une maquette soignée». Ces textes sont toujours accompagnés par une «présentation courte et incisive par un spécialiste incontesté, permettra[nt] de situer chacune des œuvres publiées, son actualité et l’intérêt qui a conduit à sa publication». Selon le texte argumentaire d’El Kalima présentant cette série, «la littérature maghrébine de langue française, riche d’inédits et d’ouvrages introuvables, a encore de quoi surprendre. Les écrivains les plus anciens nous ont laissé des cartons entiers de textes non publiés, ceux des années 1950 des œuvres radiophoniques ou des feuilletons non recueillis et oubliés, des ouvrages clés ont été oubliés, qui nous permettraient de mieux comprendre notre présent, des correspondances littéraires ont été échangées, nous obligeant à considérer les écrivains maghrébins comme des écrivains-monde, bien au-delà du statut d’écrivains nationaux qu’on leur accole ; enfin cette étiquette même d’écrivains maghrébins demande à être réinterrogée, à la lumière de publications d’auteurs comme Jean Pélégri, Noureddine Aba ou Sadia Lévy, restés marginaux au Maghreb».