Le président du Conseil souverain de transition au Soudan, Abdulfattah Al-Burhan, a souligné la volonté de l’armée d’organiser des élections en 2023, appelant les parties à se préparer pour cette échéance. Dans une interview retransmise sur la télévision soudanaise samedi 12 février, Al-Burhan a réaffirmé la volonté des autorités transitoires de «parvenir à un consensus national, à la formation d’un gouvernement de compétences, à la modification du document constitutionnel et à la tenue des élections en2023». Le responsable a assuré par ailleurs: «Nous ne préférons pas l’extension de la période de transition. Il y a des propositions selon lesquelles le système de gouvernement devrait être présidentiel de toute urgence pour résoudre la crise politique et réduire le chemin de la transformation», affirmant que «l’institution militaire est unie et veut remettre le pouvoir à un gouvernement élu». A ce propos, il a indiqué que «les Forces de soutien rapide sont une force régulière, reconnue par les forces politiques», ajoutant que «l’unification de l’armée et les arrangements sécuritaires ont besoin d’un gouvernement élu».
«Les forces armées quitteront tous les cadres politiques si un consensus national est atteint à travers des élections», a-t-il affirmé, ajoutant qu’«il n’était pas dérangé par les manifestations appelant au retour des militaires dans leurs casernes». Al-Burhan a souligné également que «la période de transition peut encore permettre des dialogues entre toutes les composantes politiques».