Il faut dire que personne ne s’y attendait compte tenu du résultat du match « aller ». Après avoir pu ramener le nul (1/1) d’Accra il y a six jours, l’équipe nationale U23 semblait bien partie pour arracher une des 8 places dans la Coupe d’Afrique des nations de la catégorie prévue du 8 au 22 novembre à venir en… Egypte. Nos espoirs ne marcheront, malheureusement, pas sur les traces de nos «seniors».

On a bien cru être en ballotage favorable pour voir nos U23 jouera la messe africaine. Le sélectionneur national, Ludovic Batelli aussi d’ailleurs : « on a pris une option, mais il va falloir être solides afin d’éviter que notre adversaire ait la possibilité de marquer. Il faut rester organisés et disciplinés tout en portant le jeu vers l’attaque », avait déclaré le technicien français à l’issue de la première manche en terres ghanéennes la semaine passée.
A ce moment, ses poulains étaient virtuellement qualifiés. Aujourd’hui, après l’explication « retour », ils sont réellement éliminés. La faute à la défaite concédée, contre toute attente, par les « Verts » avant-hier au stade 8 mai 1945 (Sétif) sur la plus petite de marges (0/1).
Un revers qui signifie la fin du parcours vers le tournoi africaine et, éventuellement, la route vers les Olympiades de Tokyo l’été prochain. L’EN « espoirs » ne jouera, par conséquent, pas les tournois olympiques et africains pour la deuxième édition de suite. Pour rappel, il y a 4 ans, les camarades de Zinedine Ferhat, emmenés par l’entraîneur Pierre-André Schürmann, avaient terminé vice-champions réservant, au passage, un strapontin,
aux JO 2016 de Rio (Brésil).
Pas de doublé
Un exploit que Hichem Boudaoui & cie ne pourront pas réaliser cette fois puisqu’ils ne prendront même pas part au tournoi qualificatif qu’accueillera l’Egypte. Pourtant, Kheireddine Zetchi, président de la Fédération algérienne de football (FAF), avait bon espoir en cette équipe pour réaliser quelque chose et lui permettre de se targuer d’avoir été là quand les « Fennecs » se sont posés sur le toit de l’Afrique en plus de voir l’antichambre être au rendez-vous au pays du Soleil-Levant. Un doublé qu’il ne pourra pas vanter. Un sérieux coup dur sachant que son prédécesseur, Mohamed Raouaraoua, était là quand les moins de 23 ans s’étaient parés de l’argent africain et valider le ticket au Brésil.
Avant cette rencontre, et bien qu’ils devaient s’imposer pour se qualifier directement, les « Black Meteors », étaient déterminés à passer l’obstacle algérien malgré la complexité de la mission : «la qualification est notre objectif. Nous allons faire de notre mieux pour nous qualifier. Nous ne pouvons pas nous qualifier sans gagner. Alors nous y allons pour les surprendre », avait averti Michael Osei, deuxième responsable de la barre technique du Ghana. En effet, les Dz ont joué avec le feu et été surpris. C’est comme s’ils avaient pris cette sortie à la légère car la concentration n’était pas là. On n’a pas eu droit au même visage que celui montré il y a 6 jours de cela dans la capitale du Ghana. A la 69e minute, Yeboah a mis l’Algérie au tapis face à une défense des plus passives. Les remords, il y en aura certainement sachant que l’équipe avait le destin entre les pieds et les faveurs des pronostics. Une sortie de route qui vient rappeler la réalité de notre football. Formation à la qualité insuffisante et dépendance à l’école française. Difficile d’y remédier. Pas tout de suite en tout cas. Contrairement au groupe e 2015, On a misé sur le 100% local et on a perdu le pari. n