La Société algérienne de distribution de l’électricité et du gaz (Sadeg), une entreprise née d’une récente restructuration de la holding Sonelgaz, lance un appel à ses abonnés pour qu’ils s’acquittent de leurs factures. Dans un communiqué rendu public hier, elle déclare compter «sur le sens de responsabilité et de citoyenneté de son aimable clientèle» pour payer ses créances. Elle explique également à ses abonnés qu’ils peuvent se rapprocher de ses agences commerciales en vue d’obtenir «des calendriers de paiement qui seront négociés et arrêtés en fonction du nombre de factures, du montant des créances et de leur niveau de solvabilité».
La Sadeg affirme détenir auprès de sa clientèle des créances s’élevant à plus de 171 milliards de dinars jusqu’à la fin du mois de juin 2020, une hausse record qu’elle tente d’expliquer par l’impact de la crise sanitaire liée à la Covid-19, du moins en ce qui concerne sa décision de ne pas opérer des coupures de courant et de gaz aux abonnés en retard de paiement. «En cette période exceptionnelle (crise sanitaire) et dans un élan de solidarité indéfectible avec sa clientèle, la Sadeg a procédé à la suspension des coupures pour factures impayées, ce qui a augmenté considérablement le niveau des créances détenues auprès de ses abonnés, aussi bien privés que le secteur public», est-il souligné dans le communiqué de la société. La Sadeg qui précise que le niveau des créances a atteint 171,442 milliards de dinars à échelle nationale, soit un taux d’évolution de 300 %, avertit que ses difficultés financières «affectent, d’une part, la trésorerie de la société qui œuvre à la pérennité des revenus sur toute la chaîne des intervenants dans ses métiers et, d’autre part, freinent la concrétisation des différents projets inscrits dans les plans de développement des activités, des réseaux électriques et gaziers ainsi que des diverses prestations proposées à sa clientèle». n