Depuis mercredi, Sonatrach compte un nouveau président-directeur général, en l’occurrence Toufik Hakkar, venu remplacer Kamel Eddine Chikhi, limogé trois mois à peine après son installation à la tête du groupe énergétique national, soit en novembre 2019, en remplacement de Rachid Hachichi qui n’y avait pas tenu plus de 7 mois, après avoir succédé à Abdelmoumène Ould Kaddour en mai de la même année.

Agé de 49 ans, Toufik Hakkar avait occupé, avant son intronisation à la tête de Sonatarch, plusieurs postes importants dans le secteur des hydrocarbures notamment celui de vice-président Business Development et Marketing de la Sonatrach. Il a fait, entre autres, une contribution effective à la présentation et l’explication de la nouvelle Loi sur les hydrocarbures adoptée, en novembre écoulé, par les deux chambres du Parlement.
C’est donc tout naturellement que cette loi a été évoquée par le nouveau patron de Sonatrach lors de son installation dans ses fonctions jeudi.
Bien sûr, M. Hakkar n’a pas hésité à faire une nouvelle fois l’éloge d’un texte dont il a été l’artisan et qu’il s’agit, a-t-il souligné une nouvelle fois, « d’un cadre constitutionnel qui est cohérent et complémentaire car prévoyant l’attractivité requise et créant une valeur ajoutée ». Soulignant qu’« il est temps de valoriser notre espace minier national, d’autant que nous œuvrerons en toute obligation sous le contrôle et l’accompagnement de l’autorité de l’Etat consistant en les institutions et les instances dont la place a été renforcée par la nouvelle loi ». Le nouveau P-DG de Sonatrach a rappelé l’apport de la nouvelle loi sur les hydrocarbures après avoir évoqué le défi du Groupe à honorer les engagements envers le marché national pour répondre à ses besoins croissants, « sans négliger les engagements pris avec les clients étrangers afin de les approvisionner conformément aux contrats conclus et ce, dans l’objectif de préserver nos marchés traditionnels au niveau international notamment en ce qui concerne le gaz naturel et l’accès à de nouveaux marchés ».
« Ce défi implique un effort colossal et doit être soutenu par une action constante et précise pour la réduction des coûts de la production et de l’exploitation, outre l’élaboration des plans de développement de qualité devant réduire les coûts de réalisation et les délais », a-t-il précisé.
Parmi les grandes lignes du plan d’action du Groupe, M. Hakkar a affirmé que « la première mission de Sonatrach est de satisfaire les besoins du marché national et de contribuer au développement socio-économique du pays ». Une mission qui augmente la responsabilité du groupe, impliquant « un renouvellement constant de notre capacité en faveur de la communauté nationale, aussi bien à travers la mise à niveau, la valorisation et la prise en charge constante de la ressource humaine, qu’à travers le renouvellement de nos réserves d’hydrocarbures, en recul d’année en année », a-t-il estimé. L’autre enjeu défini par le nouveau P-DG de Sonatrach consiste à « ériger le Groupe en pôle d’excellence au niveau local » et en
« leadership à l’international », pour qu’il soit « une référence internationale » en matière d’hydrocarbures. Il s’agit, a-t-il expliqué dans ce sens, de « s’engager à promouvoir le rôle de leadership de Sonatrach à travers la contribution de ses ressources et ses talents à la création d’une valeur ajoutée et à la construction d’une économie diversifiée, à commencer par la promotion des activités du Groupe et le renforcement de ses chaînes industrielles en aval et en amont ». Sonatrach est également appelé à « élargir ses périmètres de prospection et d’exploitation » et à multiplier ses opérations à travers l’ensemble de notre espace géographique national avec tout ce qu’il renferme comme gisements énergétiques Offshore et Onshore », a déclaré le même responsable, considérant que ces facteurs réunis permettront de « réévaluer et de revoir nos réserves prouvées et de les augmenter, voire les multiplier », a-t-il fait savoir. Présidant cette cérémonie d’installation, le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, s’est félicité de la nomination d’un jeune responsable à la tête du Groupe Sonatrach, affirmant que le choix de M. Hakkar par le Président de la République pour le poste de P-DG de la Sonatrach « constitue un message adressé aux jeunes Algériens qui leur donne l’espoir des seules expérience et compétence ».
Répondant aux médias sur une question concernant « l’instabilité marquant la direction de Sonatrach, en raison du changement de P-DG en de courtes périodes », M. Arkab a indiqué que « ces changements sont opérés, au niveau des compagnies, pour apporter une nouvelle méthode de gestion en adéquation avec la stratégie tracée ». Pour ce qui est de la confiance des partenaires étrangers, particulièrement avec le changement du P-DG de la Sonatrach, le ministre a indiqué que « la confiance existe, vu qu’il n’y a pas eu de grands changements », étant donné que M. Hakkar occupait le poste de vice-président Business Development & Marketing de la compagnie Sonatrach et était en première ligne en matière de relations avec les partenaires étrangers.