Plus de 1 000 agents de sécurité, contractuels du groupe Sonatrach dans le sud du pays, observent une grève de la faim depuis le 11 décembre dernier. Vingt-neuf jours de grève pour des employés dont la majorité ont été hospitalisés au vu de leur état de santé fragilisé. 

« Personne ne se soucie de nous parce qu’on est de simples agents », dit un agent de sécurité gréviste, la cinquantaine, d’un air triste et désespéré. Par ailleurs, certains agents de sécurité exerçant au sein des unités de Skikda, Arzew, Tébessa ou encore Béjaïa, et bien qu’ils ne soient pas concernés par le mouvement de protestation, ont choisi de se joindre à leurs collègues.
D’ailleurs, un rassemblement s’est tenu dernièrement à Hassi Messaoud devant la direction régionale de Sonatrach, à la base 24-Février.
Il a réuni les agents de sécurité des directions de production (DP) et certains agents des Directions de transports (DTR) de la région Sud, à savoir Hassi Messaoud, Hassi R’mel, Haoud Berkaoui, Rhoud Nouss, Rhoud El Baguel, Gassi Touil, TFT et Ohanet. Pour rappel, les agents de sécurité contractuels, dont la plupart travaillent depuis 17 ans en CDD, réclament la régularisation de leur situation professionnelle, ainsi que le changement du système de travail en 4×4 comme pour le reste des employés du groupe Sonatrach.