Tout semble aller pour le mieux entre Sonatrach et Occidental Petroleum Corporation (OXY). Le différend qui avait marqué les relations de partenariat entre les deux groupes énergétiques, en 2019, suite au rachat par le major américain des parts d’Anadarko en Algérie, semble s’être totalement dissipé, comme le laisse entendre assez clairement la visite effectuée jeudi en Algérie par la Présidente-directrice générale d’OXY, Vicki Hollub.
Et l’audience accordée à Mme Hollub par le Président de la République, Abdelamdjid Tebboune, constitue sans doute une preuve de la grande importance qu’accordent les plus hautes autorités du pays à la coopération énergétiques avec les Etats-Unis, dont OXY est d’ailleurs fortement présent dans de nombreux projets de partenariat avec Sonatrach, dans la cadre du développement du secteur.
Une importance partagée par la PDG d’OXY, laquelle n’a pas manqué de mettre en évidence après sa rencontre avec le chef de l’Etat, au siège de la Présidence de la République, en présence du ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, et du PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar.
«Nous tenons à saluer les efforts consentis par le président de la République (M. Abdelmadjid Tebboune), le ministre de l’Energie et des Mines (M. Mohamed Arkab) et le P-DG de Sonatrach (M. Toufik Hakkar) afin de développer l’industrie pétrolière en Algérie».
La patronne d’OXY a fait savoir que les responsables de cette compagnie sont «heureux de pouvoir faire partie du processus de développement des innombrables ressources», dont l’Algérie dispose.
C’est donc un retour à la normale acté que constitue la visite en Algérie de la Présidente d’OXY, avec, en sus, des perspectives de coopération appelées à connaître de nouvelles dimensions en profitant des opportunités offertes aux investisseurs étrangers par la nouvelle loi sur les hydrocarbures.
L’on se rappelle qu’en 2019, après avoir racheté les actifs de son compatriote Anadarko en Algérie, le géant américain du secteur avait pris la décision de les céder au français Total. Une opération qui avait été très mal appréciée par l’Etat algérien et par Sonatrach, poussant la compagnie nationale d’hydrocarbures à exercer son droit de préemption pour stopper l’opération.
Selon un communiqué rendu public à cette époque par son département «Mohamed Arkab, ministre de l’Energie, s’est prononcé sur cette opération et a déclaré son incompatibilité avec le maintien d’Anadarko dans le contrat d’association sur le périmètre de Berkine». Le ministère a expliqué qu’«Anadarko, partenaire de Sonatrach sur le périmètre de Berkine a sollicité, conformément à la loi sur les hydrocarbures, l’approbation du ministre de l’Energie, pour le changement de contrôle d’Anadarko Algérie au profit de la compagnie Occidental».
On ne sait plus, depuis, si cette procédure a été déclenchée, alors qu’en parallèle, les négociations se sont poursuivies entre Sonatrach et OXY, et se sont soldées plutôt par une entente entre les deux parties, voire même l’évocation des perspectives du renforcement du partenariat par l’ex-ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, et le vice-président exécutif d’Africa, Occidental Petroleum Corporation Saamir Elshihabi, lors d’une conférence par visioconférence qui avait eu lieu le 10 août 2020.
A l’occasion, M. Elshihabi avait même apporté un démenti aux articles de presse évoquant qu’Occidental comptait céder ses parts algériennes acquises à travers le rachat des participations d’Anadarko en Algérie, et avait souligné «la volonté d’Occidental de développer sa coopération avec la Sonatrach dans tous les domaines des hydrocarbures», avait indiqué un communiqué du ministère de la tutelle. Le lendemain de cette réunion, Vicki Hollub avait, de son côté, affirmé, lors d’une intervention à partir de Houston (Etats-Unis), que sa compagnie a pris «la décision stratégique de faire de l’Algérie un actif principal (Core Asset)».
Elle a précisé, en outre, que les équipes d’Occidental continuent à approfondir les données de l’Algérie notamment sur des opportunités additionnelles dans les zones dans lesquelles Occidental opère actuellement et dans les zones d’expansion pour maximiser la valeur des actifs en vue de renforcer les capacités opérationnelles dans l’organisation d’operating conjoint avec Sonatrach.
«La présidente d’Occidental a souligné tout particulièrement que les relations d’Occidental avec le Gouvernement algérien sont excellentes et permettent de créer de la valeur pour l’Algérie et les actionnaires d’Occidental», avait ajouté le communiqué.