Après cinq mois de dures négociations, Sonatrach et Naturgy sont parvenus à un arrangement sur les nouvelles conditions de livraison de gaz algérien à ce client très important qui évitent un nouveau contentieux ou un recours à l’arbitrage pour régler leur litige sur les prix du combustible.
Sonatrach et Naturgy ont conclu, jeudi dernier à Alger, des avenants à trois contrats de vente de gaz à ce client espagnol qui fixent de nouvelles conditions à la poursuite des livraisons de gaz à cette compagnie pour une période long terme, c’est à dire jusqu’en 2030, garantissant à l’Algérie le maintien du volume de ses exportations en Espagne face à la concurrence du GNL américain et du gaz russe. Fransco Reynes, le PDG de Naturgy signataire de cette entente, a affirmé que les accords signés avec le groupe Sonatrach confirment le compromis à long terme de Naturgy avec Sonatrach et entre l’Algérie et l’Espagne, lors de son intervention au cours du forum espagnol organisé jeudi dernier. «Les deux parties ont convenu de nouvelles conditions pour maintenir le partenariat à long terme notamment sur l’extension de la durée du contrat. Il faut savoir que l’Espagne constitue le second plus important débouché pour le gaz algérien après l’Italie, et Naturgy est le second plus important client gazier de Sonatrach après l’Eni. Le premier responsable de Naturgy n’a pas omis de faire état de fortes concurrences sur le marché espagnol. Il faut rappeler que durant le premier trimestre 2020, les Etats-Unis ont profité de la chute des exportations de Sonatrach pour placer leur GNL et grignoter des parts de marché au détriment de la compagnie pétrolière nationale. Avec ce compromis, Sonatrach pourrait éloigner les menaces sur ses parts de marché en Espagne pour une bonne période. Il s’agit dans cet accord d’une adaptation des contrats de vente long terme de Sonatrach portant sur la durée de 25 à 30 ans ramenée de 8 à 12 ans, d’une plus grande flexibilité en termes d’enlèvements et d’un prix du gaz ramené au niveau ou proche du marché spot pour préserver sa compétitivité. En ce sens, le PDG de Naturgy a déclaré que cet accord démontre la volonté des deux parties de poursuivre le partenariat à long terme. «Cette alliance stratégique est essentielle pour l’approvisionnement en gaz compétitif et sur le marché espagnol et pour le développement économique et social du pays». «Le gaz est une source principale d’énergie et représente un objectif stratégique pour l’Espagne» a-t-il ajouté. Quant au PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, dans son intervention au cours du forum précité, il a affirmé que les contrats conclus avec Naturgy renforcent la position de Sonatrach sur le marché espagnol. «Aujourd’hui, après des négociations dures avec le partenaire espagnol Naturgy, nous sommes parvenus à signer trois contrats qui lient Sonatrach et la compagnie espagnole. Cette réussite va permettre à Sonatrach de renforcer sa position sur le marché espagnol et ibérique de manière générale. Ce sont des avenants aux contrats gaziers qui existent depuis les années 1970», a-t-il ajouté. Le premier responsable du groupe Sonatrach a indiqué que la compagnie pétrolière nationale vend 12 milliards de mètres cubes de gaz en Espagne dont 8 milliards de mètres cubes à Naturgy. Le PDG de la compagnie pétrolière nationale a ajouté que cette relation commerciale stratégique de longue date pourrait s’élargir à une implication de l’entreprise espagnole dans d’autres domaines notamment l’amont algérien. «D’autres négociations sont en cours avec la partie espagnole pour la réalisation de plusieurs projets dans les domaines exploration, production, le transport de l’énergie aussi bien en Algérie qu’en Espagne». Toufik Hakkar a relevé que l’industrie pétrolière et gazière a été fortement impactée par la pandémie Covid-19 et que Sonatrach surveille en étroite collaboration avec ses clients les effets de cette pandémie sur les activités commerciales. Il a rappelé que les compagnies espagnoles Repsol et Cepsa opèrent sur des périmètres gaziers ou pétroliers en Algérie et que d’autres exploitent des stations de dessalement d’eau de mer, d’autres encore interviennent dans le secteur de l’électricité et la production d’engrais.
Des négociations en cours dans la production de pétrole et de gaz en Algérie
A noter que Sonatrach et Naturgy sont actionnaires dans la société Medaz qui exploite le gazoduc reliant directement l’Algérie à l’Espagne d’une capacité de 8 milliards de mètres cubes/an avec respectivement 51% et 49% des actions. La capacité de ce pipe passera à 10 milliards de mètres cubes/an avec la mise en service d’une station de compression en 2021. Naturgy enlève les 8 milliards de mètres cubes/an de gaz naturel à partir du GME, le gazoduc reliant l’Algérie à l’Espagne via le Maroc. Les contrats de vente de gaz avec Naturgy ont été renouvelés en 2018 pour un volume de 8 milliards de mètres cubes/an. Les accords courent jusqu’en 2030. n