Par Fereil Nourine
Bonne nouvelle pour les jeunes demandeurs d’emploi dans les wilayas. Elle émane de Sonatrach dont le Président directeur général, Toufik Hakkar, a annoncé hier qu’au titre des prévisions de l’année 2021, le groupe énergétique national prévoit le recrutement de 5615 nouveaux jeunes des mêmes wilayas.
Impliquant toutes les filiales de Sonatrach, ce plan de recrutement sera conditionné par l’organisation des concours « réguliers et transparents » au profit des candidats, et ce avant la fin de l’année en cours, a expliqué M. Hakkar, dans une déclaration à la presse en marge de son inspection, à l’Institut algérien du pétrole (IAP), de l’opération de correction du concours de recrutement de 225 jeunes de Ouargla et Touggourt.
Les nouveaux postes seront tous au profit des populations des wilayas du Sud comme Timimoun, Tindouf, El-Menea, Biskra, Béchar, Ain Salah, Ouargla, Illizi, Ghardaia, Adrar et Laghouat, a soutenu le même responsable. Selon les détails qu’il a fournis, 2600 postes ont déjà été pourvus, alors qu’une opération est en cours pour le recrutement de 1900 employés. Quant aux 1200 postes restants, ils seront occupés avant la fin de l’année en cours, a-t-il complété.
Au-delà des précisions chiffrées fournies sur le plan de recrutement prévisionnel pour 2021, c’est surtout la garantie de concours « réguliers et transparents » fournie par le P-dg de Sontatrach qui mérite d’être mise en avant. Ceci d’autant que cette garantie, en provenance du patron du premier recruteur dans la région du sud, s’adresse à des jeunes dont la très grande majorité se trouve livrée au douloureux problème du chômage qui la pousse à sortir chroniquement dans la rue pour dénoncer le malaise social qui la ronge, mais aussi « l’injustice » qui ferait foi dans les concours de recrutement, pénalisant sévèrement les jeunes de la région et accentuant leur malheur au quotidien.
Les dernières manifestations des chômeurs retentissent d’ailleurs toujours sur la place publique à Ouargla, cœur des gisements d’hydrocarbures du pays et capitale de la protesta de la population du sud.
Ces derniers jours, ces chômeurs sont revenus, une énième fois à la charge, pour contester, cette fois-ci, l’affichage des offres d’emploi des entreprises pétrolières. Lesquels ne répondaient pas aux attentes des jeunes demandeurs d’emplois, se sont-ils plaints, accusant les postes ont été détournés comme d’habitude, surtout que le chef de l’agence de l’emploi de wilaya a procédé à un changement des chefs des agences locales une semaine avant l’arrivée des offres. Les contestataires n’ont pas hésité à dénoncer, à nouveau, le caractère « mafieux » et « malsain » de la gestion des offres d’emploi.
Les assurances que tentent d’apporter le patron de Sonatrach interviennent donc dans une conjoncture où la protestation des jeunes chômeurs de Ouargla est toujours active.
Et elles semblent bien s’inscrire dans le même esprit du message qu’a voulu transmette, mardi, le représentant du médiateur de la république dans cette wilaya en annonçant que le président Tebboune avait approuvé les propositions de prise en charge des préoccupations des demandeurs d’emploi. Dans un communiqué rendu public, il a informé sur la tenue d’une réunion, tenue dans l’après-midi de la même journée, avec les représentants les quartiers de Ouargla.
« Nous avons reçu un courrier de médiateur de le république, nous informant de l’approbation de président de le république sur les propositions qui lui ont été soumises par le représentant de médiateur, cependant, compte tenu de le situation actuelle situation sanitaire liée à le propagation de l’épidémie de covid-19, qui empêche le programmation de le visite de le délégation ministérielle à Ouargla, cette période sera mise à profit pour tenir les réunions de concertation avec les départements ministériels concernés, afin d’assurer le préparation de cette visite à une heure qui nous sera notifiée ultérieurement », a écrit le représentant du médiateur de la république dans la wilaya en colère.