On ne récolte que ce qu’on sème: voilà un proverbe qui sied bien au sélectionneur national, Rabah Madjer, et ses rapports avec les deux joueurs, Sofiane Feghouli et Rais M’bolhi qu’il a ignorés depuis qu’il est à la tête des Verts. Le driver des Fennecs s’est finalement résigné à les convoquer pour les deux prochains matchs amicaux contre le Cap-Vert  et le Portugal au mois de juin.

C’était sans compter sur la « rébellion » des deux éléments en question qui se sont excusés de ne pouvoir répondre favorablement à la sélection.
La Fédération algérienne de football (FAF) a indiqué, mercredi dernier, que les deux joueurs Feghouli et M’bolhi ont déclaré forfait pour les matchs amicaux internationaux de l’Algérie, le 1er juin à Alger face au Cap-Vert et le 7  juin à Lisbonne devant le Portugal. Sofiane Feghouli « a informé la fédération qu’il était blessé au tendon d’Achille et donc indisponible pour les deux matchs amicaux du mois de  juin», a écrit la FAF sur son site Internet. «De son côté, Raïs Ouahab M’bolhi a adressé un courrier dans lequel il a demandé à être dispensé du stage. A l’arrêt depuis la fin du championnat en  Arabie saoudite survenue en avril, le gardien de but international algérien  ne se sent pas en mesure de répondre, à l’heure actuelle, aux  sollicitations de la sélection nationale et souhaite donc reporter sa venue pour les prochaines échéances », a justifié encore l’instance fédérale.

Sélectionneur sondeur
La réaction des joueurs de ne pouvoir disputer ces deux matchs amicaux en présentant des arguments différents a été jugé « logique » par des observateurs et spécialistes dans la mesure où le sélectionneur national a ignoré les deux joueurs dont il ne voulait – apparemment – plus dans la sélection « A » avant de se résigner à les convoquer suite à la pression des fans des Verts. Faut-il rappeler que Feghouli et M’bolhi n’ont plus été convoqués en équipe nationale depuis le samedi 7 octobre 2017 à Yaoundé face au Cameroun (défaite 2-0) en qualifications du Mondial-2018 ?
Ces deux anciens éléments du « Club Algérie » ont donc bien été mis à l’écart depuis l’arrivée du sélectionneur Rabah Madjer à la tête de l’EN en octobre 2017 en remplacement de l’Espagnol Lucas  Alcaraz.
Pourtant Rabah Madjer a bien précisé dans une de ses déclarations que « je n’ai jamais fermé la porte ni à Feghouli ni à M’bolhi, ce sont des joueurs qui ont beaucoup apporté à l’équipe nationale » fait remarquer Madjer avant d’ajouter « qu’ils n’ont pas été convoqués pour des raisons techniques ». Seulement, il y a des zones d’ombre dans l’attitude du sélectionneur national.
Comment se fait-il que « le choix technique » n’a changé que suite aux critiques des médias, spécialistes, observateurs et fans de la sélection à propos des joueurs qui sont bien en forme et qui brillent avec leurs clubs respectifs mais qui ne sont pas convoqués par le staff technique ?

Les prestations de Soso et M’Bolhi l’ont contredit
Parmi ces joueurs, figurent justement Feghouli et M’bolhi qui, non seulement, jouent régulièrement avec leurs clubs respectifs, mais apportent bien leur expérience pour le bien de ces équipes. La forme est là, la disponibilité et l’amour du pays ne sont plus à démontrer de la part de ces deux joueurs ayant donné beaucoup à la sélection algérienne, mais Rabah Madjer n’a pas jugé bon de les convoquer en sélection A.
Après avoir souffert de sa mise à l’écart au sein de son club, le Stade rennais où il n’a disputé qu’un seul match en dix mois, M’bolhi (32 ans) a relancé sa carrière en Arabie saoudite avec Al-Ittifaq qu’il a rejoint lors du mercato d’hiver pour un contrat de six mois. Ses prestations ont convaincu ses dirigeants de lui faire signer une prolongation jusqu’en 2021. Feghouli (28 ans), lui aussi a connu une saison difficile avec les « Hammers » de West Ham (Angleterre), avant de retrouver toute sa verve avec Galatasaray, sacré champion de Turquie pour la 21e fois de son  histoire avec lequel il a marqué 7 buts, toutes compétitions confondues, et distillé 9 passes décisives en championnat. Madjer était le seul qui n’était pas convaincu de la résurrection de ces deux joueurs.

Incompatibilité d’humeur
Pourtant, le commun des supporters et fans des Verts fera remarquer qu’entre Feghouli et Madjer le courant ne passait pas depuis belle lurette. La cause principale est qu’il avait critiqué les anciens joueurs de la sélection algérienne notamment ceux de 82 qui fustigeaient les « nouveaux » malgré leur double qualification au Mondial et surtout leur passage aux huitièmes de finale. Madjer et Feghouli se sont donnés à cœur joie à travers médias interposés au point où la mise à l’écart de Feghouli en sélection est bien expliquée par les observateurs par cette animosité entre les deux parties.
Quant à M’bolhi, on expliquait sa mise à l’écart par le fait qu’au moment où Madjer devrait le convoquer il manquait cruellement de temps de jeu. Mais, comment se fait-il que Halilhodzic l’a régulièrement convoqué avec les prestations de M’bolhi qui le défendent si bien alors qu’il était sans club!

Madjer argue, M’bolhi calque
Mais, le sélectionneur Madjer n’a pas non plus convoqué M‘bolhi malgré son retour à la compétition avec son nouveau club saoudien. Ce qui a été donc tenu pour une véritable mise à l’écart d’autant que Madjer ne cessait de vanter les mérites du gardien Chaouchi allant jusqu’à le présenter comme le meilleur gardien en Afrique. Et donc, M’bolhi a répondu à Madjer par son propre argument. Le manque de compétition puisqu’il est en vacances sachant que le championnat saoudien s’est arrêté au mois d’avril dernier et le gardien ne s’entraîne plus. Ce qui est bien «honnête » de la part de M’bolhi qui ne cherche pas, coûte que coûte, à être dans le « onze » de Madjer. Et ceci explique donc cela.
A noter que l’absence des deux joueurs, Feghouli et M’bolhi n’affecte en rien le sélectionneur dont les plans ne devraient pas être perturbés étant donné qu’il ne misait pas du tout sur ses deux joueurs ayant déclaré forfait pour les deux prochains matchs amicaux.

Pas de sanction pour les joueurs
Enfin, certains évoquent déjà des sanctions contre les deux joueurs car ayant refusé une convocation en sélection nationale. Pour ceux-là, il faut juste les orienter vers le communiqué de la FAF qui annonce l’absence de ses deux joueurs au prochain stage des Verts qui débutera lundi prochain. Le style utilisé par les rédacteurs du texte montre bien qu’il n’y aurait point de sanction pour les joueurs d’autant que Kheireddine Zetchi, président de la FAF, a récemment convenu avec le sélectionneur des Verts de ne plus s’occuper de la sélection des locaux.
Une manière comme une autre de montrer que le premier responsable de la FAF est mécontent du sélectionneur. Madjer et son staff savent très bien qu’ils sont dos au mur et les deux prochains matchs amicaux risquent de leur coûter cher…