«L’Opéra d’Alger a déposé plainte contre Dieudonné pour vente de billets d’un spectacle fictif. Ce qui est illégal et porte atteinte à la réputation de l’Opéra», a annoncé Noureddine Saoudi, le directeur de l’Opéra d’Alger, hier, contacté par téléphone.

Cette information fait suite au communiqué publié, lundi dernier, par le ministère de la Culture où il était précisé que Dieudonné n’a pas respecté la législation algérienne, infirmant ainsi l’interdiction de son spectacle à Alger.
Le directeur de l’Opéra d’Alger affirme à ce propos : «Nous étions les premiers surpris lorsque le lieu du spectacle a été annoncé à l’Opéra d’Alger sans que les premiers concernés n’aient été informés. De facto, cette annonce est nulle et non avenue», précisant avoir «déposé plainte parce que l’Opéra d’Alger a été cité pour la vente de billets d’un spectacle fictif. Il ne s’agit en aucun cas de considérations contre la personne de Dieudonné, mais d’atteinte à la réputation de l’Opéra d’Alger et du non-respect de la procédure algérienne». Notre interlocuteur explique que pour organiser un spectacle à l’Opéra d’Alger, il y a toute une procédure administrative à respecter. «On ne peut pas annoncer de date de spectacle comme cela sans avoir sollicité les responsables des lieux. Nous avons un programme annuel à respecter. Il y a aussi toute une procédure à plusieurs niveaux avec un cahier des charges à respecter. Et cela n’a pas été respecté. Et j’insiste sur le fait qu’à aucun moment nous n’avons été sollicités pour la programmation de ce spectacle, ce qui fait qu’il est nul et non avenu», souligne-t-il.
Pour rappel, suite aux déclarations de l’humoriste français de l’interdiction de son spectacle en Algérie, le ministère de la Culture avait publié, le 9 avril passé, un communiqué sur sa page officielle, où il été souligné que Dieudonné a annoncé son spectacle «sans avoir respecté la procédure juridique en vigueur en Algérie, puisqu’il n’a pas présenté sa demande par l’intermédiaire d’une agence de droit algérien» et «n’a pas loué de salle de spectacle». L’humoriste français s’est contenté d’annoncer sur les réseaux sociaux que son spectacle sera donné à l’Opéra d’Alger sans que les responsables de ce dernier n’en soient informés, procédant à la vente électronique des billets en devises via sa page Facebook. «Au mépris de toutes les règles et procédures légales en vigueur en Algérie», dénonce le communiqué.
Afin de clarifier le déroulement des faits, le ministère de la Culture explique dans ce communiqué qu’il a été informé le 27 février passé, par une correspondance de l’ambassade d’Algérie en France, que l’humoriste Dieudonné sollicitait l’accord du ministère algérien de la Culture pour présenter son spectacle «La Guerre» à Alger le 25 mars 2018, organisé par une agence privée basée à Paris, sans préciser la salle où devait avoir lieu le spectacle.

Le ministère réfute l’allégation de censure et d’arbitraire
Le 21 mars 2018, le ministère de la Culture a rejeté cette demande en expliquant, dans un courrier destiné à l’ambassade d’Algérie à Paris, que pour l’organisation d’un spectacle, il fallait absolument passer par une agence algérienne agréée. Le ministère a également précisé que l’annonce d’un tel spectacle et la mise en vente de billets en devises sans en informer les autorités algériennes compétentes étaient illégales. Pour le ministère, l’annonce de l’organisation d’un spectacle à l’Opéra d’Alger via une «partie fictive est une atteinte à la réputation de l’Opéra qui nécessite de recourir à la justice», tenant à préciser qu’il ne s’agissait pas là de censure ou d’interdiction arbitraire, mais que le spectacle n’a pas eu lieu pour «non-respect de la législation algérienne qui exige de passer par une agence algérienne pour l’organisation de spectacles artistiques et culturels en Algérie».
Le ministère conclut son communiqué se disant «étonné du fait que l’artiste a annoncé la vente des billets du spectacle sans mentionner aucune instance algérienne avec laquelle il aurait traité et qu’il continue à annoncer à son public algérien sa venue en Algérie au mépris de la loi, faisant ainsi le buzz».
Sur la page officielle de l’artiste, la billetterie et l’évènement du spectacle ne sont plus visibles. A l’heure où nous mettons sous presse, il n’y a pas eu de réaction de la part de Dieudonné ni de la boîte organisatrice suite à la publication du communiqué du ministère algérien de la Culture.