Depuis jeudi dernier, on connaît le nouveau président de la Fédération algérienne de football (FAF). L’Assemblée générale élective a rendu un verdict attendu. Djahid Zefizef est sorti « vainqueur » face à Abdelhakim Serrar qui a fait office de lièvre. Les deux profils ne sont pas vraiment opposés. Mais c’est le premier nommé qui avait une avance certaine pour succéder à Charaf-Eddine Amara, démissionnaire depuis le 31 mars dernier.

Il faut dire que Zefizef partait avec un atout important : son entente avec Djamel Belmadi. Le sélectionneur national a assuré que « concernant le futur président, je n’ai pas à donner mon avis, car ce n’est pas mon travail, en plus je ne connais pas le paysage footballistique des dirigeants en Algérie. Ils doivent y avoir des gens clairs qui se présentent aux élections, avec au préalable, leur programme ».

Connaissance du paysage « fafien »

Cependant, compte tenu de la collaboration depuis que Zefizef a été dépêché en tant que manager général de l’EN, le coach des « Verts » a pu ressentir « un gros professionnalisme et de l’expérience…Avec Mr Zefizef. On a directement très bien avancé ». C’est donc naturellement que le successeur d’Amine Labdi aux affaires managériales s’est vu être propulsé aux commandes de la balle ronde Dz.
Zefizef connaît parfaitement le paysage « fafien » sachant qu’il a été dans les bureaux fédéraux de Mohamed Raouraoua et Kheireddine Zetchi. De plus, il a été manager du temps d’Amara. C’est pour dire qu’il était déjà positionné pour reprendre les rênes de l’instance fédérale. Surtout que Mohamed Raouraoua n’a pas pu obtenir la bénédiction des autorités pour envisager un retour sur le sommet de la hiérarchie de la bâtisse de Dely Brahim. D’autant plus qu’il n’est pas compatible avec Belmadi.
Il fallait donc organiser l’AGE sans candidat unique comme ce fut le cas lors de l’avènement d’Amara à la place de Zetchi. Serrar a lui aussi postulé avec un liste plus « fraîche » par rapport à celle de Zefizef. Celle de ce dernier renferme 40% de l’ancienne composante du BF que chapeautait Amara. Cela n’a pas dissuadé les « électeurs » de donner la majorité des voix à Zefizef qui a pu compter 18 bulletins en sa faveur (52 voix contre 34 voix).

Déclaration de patron

L’actuel Président Directeur Général du Groupe des Industries Agro-Alimentaires et Logistique (AGROLOG) est un relais clair entre les autorités et la structure du sport roi. Dès lors, il était difficile de l’empêcher d’accéder à la fonction suprême du foot Dz. Ainsi, il n’a pas peur d’avancer sur des dossiers sensibles. Évoquant le recours de la FAF après le mauvais arbitrage de Bakary Gassama, Zefizef a indiqué qu’« il n’y a aucun dossier lourd auprès de la FIFA ».
En outre, il a assuré qu’« on a tourné définitivement la page. On doit se projeter sur nos objectifs qu’on devra atteindre ».
Une sortie qui vient, quelque part, contredire l’affirmation de Belmadi qui a évoqué un « dossier lourd » justement. Cela aidera peut-être à digérer définitivement la désillusion de la non-qualification en Coupe du Monde 2022… si ça ne vexe pas Belmadi.