Par NAZIM B.
Le chef de la diplomatie algérienne Ramtane Lamamra a critiqué l’information diffusée dimanche selon laquelle le Sommet de la Ligue arabe, prévu en Algérie, aurait été reporté à une date ultérieure. Pour le ministre des Affaires étrangères, il n’y avait nulle place pour parler de report, alors que la date de la tenue de l’évènement n’a pas été encore arrêtée. Raison pour lui de considérer qu’il s’agit de « contre-vérités », reproduites par des médias nationaux qui ont repris l’info d’agences étrangères.
« Contrairement aux contrevérités circulant sous le titre « report du Sommet au moment où la date de sa tenue n’a pas été fixée ni aucune décision précise le concernant, et conformément aux mesures en vigueur dans le cadre du système arabe, le président de la République compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe, une date qui consacre les valeurs de la lutte commune et de la solidarité arabe », a souligné M. Lamamra dans un communiqué des Affaires étrangères. Il a expliqué dans ce sens que « cette date qui devrait être adoptée par le Conseil des ministres arabes lors de sa session ordinaire prévue en mars prochain, avec l’initiative et l’appui du Secrétariat général de la Ligue arabe, permettra aussi de parachever le processus préparatoire dans le fond et dans la forme, découlant ainsi sur la réalisation des conclusions d’une politique confortant la crédibilité et l’efficacité de l’action arabe commune ». M. Lamamra a mis en évidence, à ce propos, « l’engagement » du président Tebboune à « poursuivre la concertation et la coordination » avec les dirigeants des pays arabes et le Secrétariat de la Ligue arabe, relevant que « les objectifs escomptés de ce processus, entamé par l’Algérie selon une approche participative, consiste essentiellement à parvenir à des formules consensuelles sur les principales questions qui seront soulevées lors du prochain Sommet arabe, y compris la fixation d’une date propice pour sa tenue ». Le communiqué des Affaires étrangères a souligné, en outre, que la récente rencontre de M. Lamamra avec le corps diplomatique accrédité en Algérie a été l’occasion d’informer les ambassadeurs de pays arabes sur les efforts consentis par l’Algérie pour « le renforcement de l’action arabe commune en vue de la mise en place d’un système de sécurité arabe avec toutes ses dimensions ».
Le ministre des Affaires étrangères a évoqué, par la même occasion, la situation qui prévaut actuellement dans le monde arabe et « l’ampleur des défis qui s’imposent aux sociétés arabes notamment en ce qui concerne les questions liées à la pandémie du coronavirus et aux enjeux de développement socio-économique, voire aussi la solidarité et l’autonomie collective à même de garantir l’immunité de la nation arabe et la préservation de se intérêts ». Comme il a été question, selon le même communiqué, des démarches de l’Algérie visant à assurer les principaux facteurs pour la réussite du prochain Sommet de la Ligue arabe.
A rappeler qu’en plus de la série d’audiences qu’il a eues ces dernières semaines, M. Lamamra a effectué un véritable périple dans des capitales arabes où il a été reçu par des dirigeants de haut rang. Il a été en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis, au Qatar et en Egypte…
Au Caire, en plus d’avoir été reçu par le Président égyptien, le chef de la diplomatie algérienne s’est entretenu avec le Secrétaire général de la Ligue arabe en perspective du Sommet de l’organisation panarabe. Auparavant, et s’agissant des questions qui seront traitées à l’occasion de ce Sommet, le président Tebboune avait déclaré que la cause palestinienne figurerait comme thème central de l’évènement.