Le mois de Ramadhan a toujours constitué la période propice à la dynamique de la solidarité et l’assistance, initiées par des associations caritatives en direction des familles démunies et des personnes en difficulté, notamment par la distribution du couffin de Ramadhan aux nombreuses familles vivant dans la précarité, aux personnes sans domicile fixe (SDF), aux mendiants… Dans ce sillage, le voyageur faisant à titre d’exemple le trajet Constantine-Oum El Bouaghi, à l’approche de la rupture du jeûne constate la présence de nombreux jeunes portant des gilets jaunes ou oranges sollicitant les voyageurs et conducteurs à faire une halte et prendre un ftour chaud avant de poursuivre leur voyage. De nombreux voyageurs s’arrêtent et prennent part à ce ftour collectif concrétisé grâce à des bienfaiteurs et comportant un riche menu permettant aux citoyens de sentir quelque peu la chaleur familiale. Cet élan de solidarité est généralisé à travers toutes les communes de la wilaya, voire même dans les zones rurales et les bourgades les plus reculées de la wilaya où les relations sociales sont bien ancrées dans le tissu familial. Le même élan s’étale aussi à l’approche des fêtes de l’Aïd à l’achat des trousseaux pour les enfants nécessiteux, les handicapés et autres, à la circoncision des enfants, à l’achat du mouton de sacrifice de Aïd El Adha, au payement de la prise en charge médicale (interventions chirurgicales, séjours dans les cliniques…), au don de sang, à la visite aux malades dans les hôpitaux… D’ailleurs, la solidarité (assistance médicale, ftour collectif et autres) affichée, comme il est constaté, durant le Hirak que vit le pays depuis 13 semaines, est plus que révélateur des solides liens entre Algériens, voire dénote le degré élevé de maturité et de conscience et ce grâce à des associations et des bénévoles qui prennent en charge même le nettoyage des lieux après la manifestation. Enfin, il importe de rappeler que d’autres structures participent aussi pleinement à l’élan de solidarité telles les associations religieuses et les services de police qui organisent des ftour collectifs au niveau des points de contrôle fixe les week-ends.
K. M.