Une quantité de 1500 concentrateurs d’oxygène est arrivée hier en Algérie dans le cadre du projet «Réponse solidaire européenne à la Covid-19 en Algérie». Elle a été acheminée à bord de deux avions des forces aériennes algériennes qui ont atterri, tôt dans la matinée d’hier, à la base aérienne de Boufarik, dans la wilaya de Blida, a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale.

PAR INES DALI
Ces concentrateurs, qui s’ajoutent à des milliers d’autres déjà importés de plusieurs pays, ont été acquis auprès de la République de Chine.
Cette opération sera suivie par d’autres similaires, selon la même source, qui cite, entre autres, l’acheminement d’appareils médicaux et de doses de vaccins anti-Covid-19. La Délégation de l’Union européenne en Algérie, qui chapeaute le projet «Réponse solidaire européenne à la Covid-19 en Algérie», a précisé que «la réception aujourd’hui (hier, ndlr) du dernier lot de 1 500 concentrateurs d’oxygène, sur une commande globale d’urgence de 3 000 unités, est au profit des structures sanitaires publiques».
Ce n’est pas la première opération du genre puisque deux autres opérations similaires ont eu lieu il y a quelques jours. «Avant cela, deux lots de 750 concentrateurs chacun ont été réceptionnés respectivement les 1 et 8 août et distribués dès leur arrivée à différentes structures de santé à travers le territoire national», a souligné la délégation de l’UE en Algérie dans un communiqué.
Cette commande, poursuit-elle, intervient en réponse à une demande expressément présentée par le secteur de la santé. «La centrale d’achats du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), basée à Copenhague (Danemark), a réussi à sécuriser cette importante commande dans un contexte de forte demande mondiale pour les concentrateurs d’oxygène utilisés dans la prise en charge des patients atteints de la Covid-19», est-il souligné de même source.
Pour expliquer ce qu’est le projet «Réponse solidaire européenne à la Covid-19 en Algérie», la Délégation de l’UE indique que c’est «une initiative intégrée, entièrement financée par l’Union européenne pour un montant total de 43 millions d’euros» et mise en œuvre par le PNUD Algérie en partenariat avec le ministère de la Santé.
En cette période difficile de la pandémie de Covid-19, qui s’est abattue sur les pays du monde entier, le projet en question vise, selon ses initiateurs, à «appuyer le système national de santé publique dans sa lutte contre les conséquences induites par la propagation rapide de cette pandémie».