Avec un déficit financier abyssal, la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) compte s’en sortir par la voie d’un plan de réformes mis sur rail depuis quelques mois. Lequel va se poursuivre, a affirmé le Directeur général par intérim de la SNTF, Karim Ayache, dans un message adressé aux travailleurs de la société à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale du travail, repris par l’APS.

Synthèse de Bouzid Chalabi
Selon le Directeur général, le plan vise à «sauver» l’entreprise et à «remédier aux dysfonctionnements» enregistrés. Il a, par ailleurs, fait savoir que la Direction générale est «déterminée» à poursuivre la mise en oeuvre du plan de réformes, récemment lancé, pour «sauver l’entreprise, remédier à sa situation et développer sa performance». A ce propos, il a fait observer que la priorité «extrême» a été accordée à la réforme de la gestion de la ressource humaine à l’effet de «corriger les dysfonctionnements constatés, traiter les dossiers et les dépassements cumulés depuis des années dans la gestion des carrières et réaliser la justice et l’égalité, conformément aux dispositions de la loi». Affirmant à ce titre que la Direction générale de la SNTF «assume sa responsabilité devant les travailleurs». Sur ce dernier point, Ayache a fait état du versement, au titre du salaire d’avril, de la prime d’intéressement aux travailleurs qui ont assuré le service pendant la période de congé exceptionnel (Covid-19), ajoutant que la deuxième tranche de cette prime sera versée durant le mois de mai en cours.
«Partant de l’attachement de la Direction générale à traiter les dossiers longtemps en suspens des travailleurs sanctionnés de suspension par la Commission de discipline des unités de la SNTF, le personnel concerné s’est vu accordé un droit de recours, légalement garanti, devant la commission de recours de la SNTF», a-t-il révélé, non sans souligner que la procédure est en cours.
Rassurer les travailleurs
Au sujet des œuvres sociales, le premier responsable de la SNTF a indiqué que l’assainissement de la situation se poursuivait afin de lever les réserves figurant dans les rapports du Commissaire aux comptes et de renouer avec une gestion normale, sachant que l’octroi des prêts et aides urgentes demeure en vigueur en vertu de l’instruction du 10 novembre 2009. Soulignant que la SNTF était confrontée à une crise financière sans précédent, à l’instar de l’ensemble des entreprises de transports de par le monde, impactées par la pandémie Covid-19, le Directeur général par intérim a fait état également de difficultés financières et de dysfonctionnements, dont la société pâtissait depuis des années. A ce propos, M. Ayache soutient que la voie du dialogue, de la concertation et de la confiance mutuelle «reste la seule option et ce, dans le cadre de la loi et des exigences de la responsabilité qui placent la SNTF et l’intérêt du pays avant tout».
Il convient de savoir enfin que depuis septembre 2020, la Direction générale demande des prêts aux banques. A ce titre, Ayache a fait savoir, lors d’une de ses sorties médiatiques, que la SNTF a pu contracter des prêts bancaires auprès de la BNA pour payer les salaires de ses 15 700 employés. n