Le Snapo a annoncé la suspension de la grève blanche, prévue d’être reconduite, aujourd’hui, suite aux engagements pris par le ministre de l’Industrie pharmaceutique de mesures effectives sur le terrain pour une meilleure distribution et disponibilité des produits pharmaceutiques.

«Des engagements ont été pris pour que tous les efforts soient déployés et mutualisés en vue d’améliorer la situation», souligne à ce sujet un communiqué du Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine (Snapo) parvenu à la Rédaction.
En effet, le ministre de l’Industrie pharmaceutique Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmed a reçu, jeudi dernier, un groupe du bureau national du Snapo, mené par son président Messaoud Belambri où «les discussions ont tourné autour de l’organisation du marché du médicament, de la disponibilité des produits pharmaceutiques et de la promotion de la production locale. L’installation de l’observatoire du médicament a également fait l’objet d’une large discussion», souligne le communiqué.
Le ministre a également annoncé que «l’Observatoire va permettre d’avoir une véritable visibilité sur l’ensemble du marché du médicament, et que cet organe va aider le ministère de l’Industrie pharmaceutique à prendre certaines mesures qui seront annoncées rapidement».
Contacté par Reporters, le président du Snapo souligne, à propos de cette rencontre, que «le principal sujet des discussions a porté sur les dysfonctionnements qui perturbent le marché du médicament et provoquent des ruptures et des tensions ; ce qui compromet la mission des pharmaciens d’officine et perturbe l’accessibilité de nos concitoyens au médicament». Il ajoute : «Nous avons ainsi exposé au ministre les différentes doléances des pharmaciens d’officine qui dénoncent les pratiques de certains grossistes et distributeurs de médicaments en matière de ségrégations, ainsi que les cas de ventes concomitantes, de ventes conditionnées et les rétentions de stocks».
Messaoud Belamnri tient à noter que l’audience accordée par le ministre de l’Industrie pharmaceutique au Snapo s’est déroulée dans la matinée de jeudi dernier et une autre réunion avec les membres de l’observatoire a eu lieu l’après-midi. Suite à cela, Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmed a annoncé plusieurs mesures ministérielles pour le secteur du médicament, notamment l’amélioration de la distribution des produits pharmaceutiques.
A ce propos, le président du Snapo déclare que «le ministre nous a informés que dans le décret qui est en instance de publication, puisqu’il a été adopté par le gouvernement, il y aura des mesures de sanctions dans le cas d’un manquement de la part des opérateurs pharmaceutiques. Il nous a également informés de la mise en place d’un cahier des charges qui sera également présenté à la concertation, justement par rapport à ces pratiques et à la déontologie au sein du secteur du médicament». Messaoud Belambri tient également à mettre en exergue l’importance de l’annonce de la création d’un portail numérique sur le site du ministère de l’Industrie pharmaceutique où les pharmaciens d’officine pourront directement signaler en temps réel les défaillances ou les pratiques qu’ils peuvent subir. Suite à ces signalements auprès du ministère de l’Industrie pharmaceutique, ce sont les services du ministère qui vont répercuter auprès des services concernés en matière de contrôle et de pratiques commerciales sur le terrain, notamment auprès du ministère du Commerce, ainsi que la création de brigades mixtes entre le ministère de l’Industrie pharmaceutique et celui du Commerce. Il est également prévu dans le cadre de ces mesures qu’une note de rappel de l’ensemble des procédures réglementaires sera transmise aux différents opérateurs et distributeurs de produits pharmaceutiques.
Suite à cette rencontre et aux mesures annoncées par le ministre de l’Industrie pharmaceutique, le président du Snapo se dit optimiste quant à «l’amélioration de la situation de la disponibilité du médicament en Algérie». Il précise à ce sujet que «si les mesures annoncées sont effectivement mises en place, notamment à travers une plateforme numérique pour le suivi des opérations et des mouvements de stocks, nous sommes certains que la situation ira en s’améliorant». Ceci d’autant plus que «le ministre nous a assurés que les différents engagements seront respectés et que sa porte reste ouverte pour tout dialogue ou concertation qui implique la profession», souligne-t-il.
Quant au temps qui serait nécessaire pour l’amélioration concrète de la situation sur le terrain, le président du Snapo confie qu’«avec la signature des programmes d’importation, l’enregistrement des nouveaux produits par les producteurs, cela va s’améliorer dans quelques semaines, au plus tard dans deux à trois mois». Toutefois, cela ne pourra se réaliser, a-t-il soutenu, qu’«à condition que les opérateurs tiennent leurs engagements et respectent leurs programmes. Et qu’ils vont passer rapidement à la concrétisation de ces programmes que cela soit en quantité ou en qualité».