Le Directeur général du port de Skikda, Imadeddine Tanfour, a considéré, jeudi, que la « vitesse excessive » du navire grec était à l’origine de son échouage.

Le navire grec Sea Lady tentait, mercredi après-midi, « d’une manière normale » de se positionner au quai qui lui était réservé au port pour décharger 42 000 tonnes de maïs avant de chavirer du fait que la profondeur du bassin était inférieure à son tirant d’eau, a précisé le Directeur général du port.
Dans une conférence de presse tenue jeudi soir, M. Tanfour a affirmé que ce genre d’incident est « ordinaire » dans l’activité portuaire, indiquant que la première opération de tractage qui a été menée mercredi soir a échoué à cause de la marée basse. Il a précisé que l’opération de tractage a été renouvelée jeudi matin,nécessitant d’opérer une déclinaison de 4 degrés pour permettre au navire de glisser et se repositionner à l’endroit qui lui est réservé au niveau du quai.
Ce même responsable a précisé que cette opération, exécutée en « un temps record », a été accomplie avec les moyens matériels et humains du port de Skikda uniquement, à savoir des remorqueurs de 2 500 et 6 500 chevaux. M. Tanfour a également assuré que le navire ainsi que sa cargaison de 43 000 tonnes de maïs n’ont subi aucun dommage.