L’une des neuf personnes atteintes de brûlures lors de l’incendie de la raffinerie de pétrole de Skikda survenu hier mardi a rendu l’âme mercredi matin à l’hôpital Abderrazak Bouhara de la ville de Skikda, a indiqué le directeur de l’hôpital, Aïssa Zermane.

Il s’agit du jeune Abderrahmane Saâdi, un soudeur âgé de 35 ans, marié et père de deux enfants (un garçon et une fille), qui se trouvait dans un état critique suite aux brûlures de troisième degré qu’il a subies dans cet incendie, a précisé à l’APS M. Zermane.

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, accompagné d’une délégation, s’était enquis, mardi dans la soirée, de l’impact de cet incendie et de l’état de santé des personnes atteintes de brûlures.

Lors d’un point de presse, le ministre avait également affirmé que les règles de sécurité appliquées durant l’opération de maintenance “ont empêché la propagation de l’incendie”, ajoutant que le rapport technique “permettra d’identifier les défaillances pour éviter que de tels accidents surviennent”.

Cet incident a fait neuf blessés, atteints de brûlures, dont six ont pu regagner leurs domiciles indemnes et deux se trouvent sous surveillance médicale au niveau des services hospitaliers de Skikda, tandis que le neuvième atteint de brûlures graves a succombé à ses blessures.

Pour rappel, l’incident a été provoqué par une étincelle qui s’était produite au cours de travaux de maintenance programmés au niveau de l’unité reforming lors de l’ouverture d’une bride d’échangeur, alors que l’unité était totalement à l’arrêt.

Les travailleurs des ateliers de la Société de maintenance industrielle (Somik), filiale de Sonatrach où travaillait l’employé décédé, ont tenu mercredi un rassemblement de protestation pour exprimer leur insatisfaction au sujet de leurs conditions de travail et l’absence du PDG de la société sur les lieux depuis l’incident.

A noter que Somik assure les travaux de maintenance à travers les infrastructures de production du Groupe Sonatrach et emploie plus de 6.000 travailleurs.