Au lendemain de sa victoire en géant, Mikaela Shiffrin a dominé sans surprise le slalom de Lienz (Autriche) dimanche, reprenant son rythme infernal de victoires après un petit passage délicat.

L’Américaine a signé le meilleur temps des deux manches pour devancer la Slovaque Petra Vlhova (à 61 centièmes) et la Suissesse Michelle Gisin (à 1 sec 72). A-t-elle vraiment connu un «passage à vide»? Apparue démoralisée après une rarissime mauvaise performance sur le géant de Courchevel le 17 décembre (17e), Mikaela Shiffrin vient d’apporter une réponse cinglante: deux victoires en deux jours. Au lendemain de son triomphe sur le géant avec plus d’une seconde d’avance sur toutes ses concurrentes, la triple tenante du titre du gros Globe de cristal a dominé cette fois le slalom, sa grande spécialité. Entre les piquets serrés, l’Américaine a désormais remporté 13 de ses 14 dernières courses en Coupe du monde (une fois deuxième). Avec cette 3e victoire en trois slaloms cette saison elle signe un 43e succès en Coupe du monde dans cette discipline, un record. Au total, elle cumule 64 victoires et se rapproche à grande vitesse des 67 premières places de l’Autrichien Marcel Hirscher, retraité depuis cet été et 3e de ce classement prestigieux derrière le Suédois Ingemar Stenmark (86 victoires) et l’Américaine Lindsey Vonn (82). La Slovaque Petra Vlhova, dauphine de l’Américaine l’hiver dernier au classement général, vient buter sur Shiffrin pour la 7e fois de sa carrière sur un slalom de Coupe du monde. La polyvalente suissesse Michelle Gisin, en larmes au moment des récompenses, est montée pour la première fois sur un podium de slalom. La championne olympique de combiné, lourdement blessée au genou droit en janvier dernier, compte désormais des podiums dans quatre disciplines (combiné, descente, super-G et donc slalom). Au classement général, Mikaela Shiffrin accentue son avance avec 295 points de plus que l’Italienne Federica Brignone, 13e dimanche.
Pinturault tout en maîtrise sur le combiné de Bormio
Il était le favori malgré sa blessure du début de semaine et il n’a pas déçu: le Français Alexis Pinturault a nettement remporté dimanche le combiné de Bormio (Italie) pour devenir le skieur en activité comptant le plus de succès en Coupe du monde. Avec cette victoire sur la Stelvio, Pinturault compte en effet désormais 26 victoires au plus haut niveau, une de plus que l’Américain Ted Ligety. Il s’agit du 9e combiné remporté par «Pintu», autant qu’Ivica Kostelic, et de sa troisième victoire de la saison après le slalom géant de Sölden et le slalom de Val d’Isère. «Je suis vraiment heureux. C’était une journée difficile», a déclaré le Français qui opère une belle remontée au classement général de la Coupe du monde (3e). Le skieur de Courchevel se hisse en effet sur le podium derrière l’Italien Dominik Paris (2e) et à seulement 73 points du leader, le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, son dauphin du jour. Le Français, qui souffrait depuis lundi de l’adducteur de la cuisse gauche, n’avait pourtant confirmé sa participation que samedi. Mais même en serrant les dents, le champion du monde de la spécialité avait de la marge. Pinturault, 12e de la manche de super-G dans la matinée, a en effet été le plus rapide en slalom, de loin, et a finalement devancé Aamodt Kilde de 51/100 et le Suisse Loïc Meillard de 56/100.
Pour la première fois, le combiné se disputait selon un format inversé, avec les meilleurs chronos du super-G qui partaient en premier lors du slalom. Censé avantager les spécialistes de vitesse en leur permettant de skier entre les piquets sur une piste moins marquée, ce nouveau règlement a finalement eu peu d’impact, seul Aamodt Kilde s’illustrant parmi les descendeurs. Après la course, Pinturault estimait pourtant que ce nouveau format faisait «une énorme différence». «On n’a pas vu de slalomeurs revenir de derrière et se battre pour le podium. Ca montre combien c’est dur pour les slalomeurs si ils ne sont pas tout proches du Top 10 après la première manche», a-t-il estimé. Après avoir couru deux descentes vendredi et samedi, les rois de la vitesse avaient quant à eux les jambes lourdes et beaucoup ont souffert au bout de ce week-end chargé dans les Dolomites. Dominik Paris, qui espérait un nouveau podium après son fantastique doublé en descente, a pourtant pu croire à l’exploit. Deuxième après le Super G, il était bien parti en slalom mais a manqué une porte et a dû remonter la pente pour finir 26e et grappiller quelques points au général. Dans la course au Gros Globe, Pinturault s’est lui bien replacé avant une séquence technique qui pourrait lui être favorable, ainsi qu’à son grand rival norvégien Henrik Kristoffersen, qui avait fait l’impasse dimanche. Mais avant les slaloms de Zagreb (5 janvier) et Madonna Di Campiglio (8 janvier), le Français voulait surtout pleinement récupérer au plan physique. «L’important est de régler ce problème d’adducteur, c’est la première chose. C’est vraiment important de me reposer avant de faire peut-être un ou deux jours de slalom avant Zagreb», a-t-il dit après la course.

Ski de fond : Johannes Klaebo intouchable
Le Norvégien Johannes Klaebo a été intouchable sur le sprint libre comptant pour la deuxième étape du Tour de ski dimanche à Lenzerheide (Suisse). Le jeune maître du sprint a remporté sa 19e victoire de Coupe du monde sur ce format (qualifications puis trois tours à six skieurs où les deux premiers passent à l’étape suivante jusqu’en finale) devant l’Italien Federico Pellegrino et le Français Richard Jouve. Grâce à cette victoire, Klaebo, 23 ans, prend la tête du Tour de ski (un format resserré de sept courses en neuf jours à l’addition des temps) au Russe Sergey Ustuigov, spécialiste des efforts plus longs et seulement 11e dimanche. Le leader du classement général de la Coupe du monde de sprint, le Français Lucas Chanavat (une victoire, une deuxième place), n’a pas pris part à l’épreuve suisse, malade, et voit donc Klaebo se rapprocher à deux points au classement. Chez les femmes, la Slovène Anamarija Lampic s’est imposée devant la Norvégienne Maiken Caspersen Falla et la Russe Natalya Nepryaeva, qui prend la tête du Tour de ski. L’immense favorite norvégienne Therese Johaug, spécialiste des épreuves de «distance», est troisième à 5 secondes au classement après sa 23e place dimanche. n