Le président de la République a rappelé l’intérêt qu’il accorde à l’enseignement. Lors de l’entrevue périodique, Abdelmadjid Tebboune a indiqué que l’enseignement, n’est pas qu’un «simple emploi, mais un processus d’éducation de générations», s’engageant par la même à améliorer les conditions socio-professionnelles de l’enseignant qui ne doit pas être considéré comme simple employé. Le Président a dans ce contexte rappelé la nécessité de parachever dans les plus brefs délais le projet de loi relatif à l’enseignant, pour lui permettre d’accomplir sa mission dans les meilleures conditions et d’éduquer des générations qui serviront leur pays.
Les syndicats enseignants demandent ainsi de concrétiser les «instructions et engagement» du président de la République. En effet, le président de l’Organisation nationale des professeurs de l’éducation, Boudjemaa Chihoub, a appelé le Premier ministère et le ministère de l’Education à matérialiser les instructions de M. Tebboune «sur les plans socioprofessionnel et pédagogique», appelant par ailleurs à réviser les programmes qui ont «éreintés» les élèves et leurs parents.
Pour sa part, le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire (Cnapeste) a demandé des Hautes autorités d’intervenir pour concrétiser les orientations et décisions du président de la République. Le syndicat a en outre réclamé du ministère de l’Education d’honorer ses engagements, en lui soumettant une copie de la mouture du projet de loi portant statut particulier des travailleurs du secteur. «Le ministère de l’Education ne s’est pas conformé aux instructions du président de la République portant amélioration de la place matérielle et morale de l’enseignant dans le nouveau statut particulier», estime le syndicat qui demande au département de M. Belabed de lui soumettre une copie du projet de loi en question comme promis. Cette organisation syndicale reproche au ministère la «politique d’atermoiement et d’exclusion qu’il adopte générant ainsi, un climat de tension, d’ébullition et instabilité», dénonce le Cnapeste qui se réserve le droit d’agir «avec tous les moyens de lutte».
Les syndicats du secteur de l’Education exigent en effet, d’améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs en relevant le point indiciaire, actuellement de 45 da à 120 da.

Le nombre d’enseignants à titulariser est monté à 62 000
L’opération de titularisation des enseignants contractuels qui devrait s’achever, au plus tard, fin février 2023 se poursuit. Le nombre d’enseignants à permaniser est monté de 59 987 à 62 000 enseignants, a indiqué le président de la République dans l’entrevue périodique qu’il accordé aux représentants de médias nationaux.
Pour rappel, le ministre de tutelle Abdelhakim Belabed a salué la «décision stratégique, importante et sage» prise par le président de la République, qui permettra d’apporter davantage de stabilité au secteur, de par, l’expérience acquise du fait qu’ils ont travaillé avec le même titre pendant plusieurs années. Ce dernier a donné des instructions lors des conférences nationales consacrées à la préparation de la rentrée scolaire 2022/2023 de notifier et recenser les postes vacants dans les trois cycles pour assurer un meilleur encadrement aux élèves et a enjoint pour le maintien autant que possible des enseignants recrutés sur la base de contrats au cours des années scolaires passées. n