Le Professeur Ryad Mahyaoui, membre du Comité scientifique du suivi de la pandémie du coronavirus en Algérie a tiré la sonnette d’alarme, hier, sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale, en exprimant son inquiétude face à la situation épidémique actuelle.

Par Sihem Bounabi
Une situation marquée par une explosion de cas qui frôle actuellement les 500 par jour de contagion à la Covid-19 et ses variants, avec trois wilayas placées en état d’urgence sanitaire, Alger, Oran et Constantine, dont la majorité des hôpitaux affiche complet avec des services de réanimation au bord de la saturation.
Face à la gravité de la situation qui se détériore jour après jour, le Pr Ryadh Mahyaoui estime qu’il y a de forts risques d’un retour aux mesures de confinement tel que cela avait été appliqué au début de la pandémie, en Algérie, si les Algériens continuent à négliger le respect des gestes préventifs.
Le Pr Riadh Mahyaoui justifie le recours à la mesure extrême du confinement à domicile avec la fermeture des commerces non essentiels et la limitation des déplacements entre les wilayas suite au «constat choquant du relâchement total des Algériens du respect des mesures préventives, comme le port du masque et la distanciation physique dans les commerces et les rues qui pullulent de monde en toute inconscience comme si le coronavirus n’existait plus, alors que nous constatons une plus grande propagation des variants plus dangereux et des familles entières hospitalisées», explique-t-il.
Un danger d’autant plus préoccupant que l’Algérie entre de plain-pied dans la saison estivale qui rime avec congés, vacances scolaires et festivités familiales, et par conséquent, l’intensification des déplacements de la population entre les différentes wilayas, ce qui va malheureusement contribuer à accélérer la propagation du virus sur une grande partie du territoire national.
Un bilan qui serait beaucoup plus grave que les chiffres officiels
Le Professeur Riadh Mahyaoui estime également que la situation est d’autant plus préoccupante, étant donné que les chiffres officiels annoncés actuellement ne reflètent en fait qu’une partie du nombre de contaminations. Il déclare à ce sujet que les chiffres communiqués quotidiennement en matière de contamination ne «reflètent pas la réalité, car il y a beaucoup de citoyens qui ne signalent pas leur contamination préférant ne pas se rendre aux services sanitaires compétents». Le membre du Comité scientifique souligne à ce sujet que beaucoup de malades contaminés par le virus «préfèrent l’automédication sans se présenter aux consultations».
Il commente ainsi les bilans quotidiens du coronavirus rendus publics chaque fin de journée «sont établis seulement selon les tests PCR effectués sur les patients et ne comptabilisent pas les tests antigéniques même s’ils sont positifs». L’intervenant sur les ondes de la Radio nationale estime également que les chiffres officiels publiés concernant la propagation des nouveaux variants, qu’ils soient britannique, nigérian ou Delta, seraient également beaucoup plus importants que ce qui est officiellement annoncé. D’autant plus que la détection des nouveaux variants plus contagieux et plus virulents nécessite un séquençage et ne peuvent pas être détectés seulement par test PCR.
Concernant les nouveaux variants du virus, le Pr Riad Mahyaoui a confirmé que les symptômes classiques du virus ont complètement changé, expliquant qu’«il est désormais très difficile de détecter le virus compte tenu du manque de capacités disponibles, mais il est certain que toutes les souches, telles que les britanniques et indiennes, sont entrées dans notre pays, donc toute personne qui ressent des symptômes doit aller chez le médecin». Il alerte encore une fois la population à travers les ondes de la Radio nationale que si on arrive à une saturation des hôpitaux et des services de réanimations «la seule solution pour sauver des vies et le confinement afin de juguler la propagation du virus et limiter le nombre de décès». Dans ce contexte, une attention particulière est accordée aux enquêtes épidémiologiques qui devraient se faire non seulement au niveau des wilayas mais également au niveau des quartiers, afin de repérer rapidement les clusters et appliquer un confinement local avant la propagation au niveau de toute la ville. Le Pr Riad Mahyaoui regrette toutefois qu’il n’y ait pas de rapports quotidiens au niveau des quartiers, ce qui permettrait une réaction rapide des autorités.

Les congés des médecins revus !
Face à la situation épidémique actuelle et la forte augmentation du nombre de malades Covid hospitalisés, il a également été décidé de reconsidérer le régime des congés du personnel de la santé pour les limiter à deux semaines, malgré l’état d’épuisement et le burn-out dans lesquels il se trouve. Malheureusement, ce sont les dommages collatéraux de la pandémie sur le personnel hospitalier qui a déjà payé un lourd tribut en nombre de contaminés et de vie sacrifiées dans cette bataille contre le coronavirus
Finalement, le Pr Riad Mahyaoui incite les Algériens à se faire vacciner d’autant plus que différents espaces ont été mis à la disposition de la population pour faciliter le déroulement de la campagne de vaccination. Concernant l’obligation de la vaccination contre le coronavirus, le Pr Riad Mahyaoui a souligné que cela reste dans le respect de la liberté individuelle et que l’Algérie a opté pour le moment sur la sensibilisation de l’importance de la vaccination.
Pour conclure, il lance un nouvel appel à la conscience des citoyens pour respecter les gestes préventifs et aussi à se faire vacciner, en soulignant qu’il s’agit «de bon sens et de logique et un peu de conscience. Le vaccin est l’ultime arme pour vaincre le virus et retourner à une vie normale en préservant nos vies et celle de nos proches». n