Les monuments historiques dans le quartier de Sidi El Houari souffrent d’abandon, d’autres menacent de s’effondrer, malgré leur classification au patrimoine national et les directives du président de la République, lors de sa visite à Oran, en 2008, où des milliards ont été débloqués pour réhabiliter ces monuments.

Cette situation a poussé le sénateur Abdelhak Kazi Tani à poser une question orale au ministre de la Culture concernant l’état de ces monuments, notamment la mosquée d’El Pacha et le fort de Murdjadjou. M. Kazi Tani est revenu sur la situation d’abandon de ces monuments, en insistant sur l’importance de mettre en place un plan de sauvegarde. Le ministre a expliqué que le quartier de Sidi El Houari est situé dans une zone sauvegardée depuis 2015. Le plan de sauvegarde a débuté au temps de l’ancien wali Abdelghani Zaâlane et se poursuit avec le wali actuel. Concernant le palais du Bey, qui date de la période ottomane, le ministre a affirmé qu’il a été réhabilité dans les années 1980, mais les travaux n’ont pas été suffisants. C’est la société turque  Tosyali qui financera les travaux de sa réhabilitation. Concernant la mosquée d’El Pacha, l’Office national de gestion des biens culturels (ONGBC) a demandé à la société turque d’effectuer des analyses des fondations de la bâtisse. Les travaux de réhabilitation seront entamés en juin prochain et la mosquée sera réceptionnée fin 2019. Quant à la mosquée l’imam Sidi El Houari, le projet, selon M. Mihoubi, est inscrit au niveau central et une société turque effectue les travaux actuellement. Il reste uniquement l’aménagement extérieur et la réhabilitation de la salle des ablutions. Concernant le fort de  Santa Cruz, sa réhabilitation a été entamée en 2006, avec plusieurs entraves techniques et administratives. Un nouvel appel d’offres a été lancé mais le ministère n’a pas reçu d’offres.  Pour les forts de la ville, un travail est en cours entre le ministère de la Culture et des pays méditerranéens pour classer les forts d’Oran, à l’instar de ceux de Cartagena et Alicante au  patrimoine de l’Unesco.