Environ 100 employés ont organisé, jeudi matin, un sit-in devant le siège de la Direction de l’Entreprise nationale de forage hydraulique spa, Foraqua, située à El Harach, pour réclamer le versement de leurs salaires.
Les employés dénoncent la mauvaise gestion des responsables de cet organisme et le retard de paiement de leurs salaires qui parfois dépasse plusieurs mois, selon eux.
Depuis plusieurs mois, des centaines d’employés réclament leurs salaires impayés. Selon eux, des acomptes sont versés mais pas la totalité du salaire.
« Une partie seulement du salaire est versée avec des semaines d’intervalle entre les versements », nous dit un employé. « On bosse dur et sans arrêt et la situation devient insupportable, on veut comprendre ce qui se passe », lance un deuxième. « Ils nous donnent notre salaire au compte-goutte et nous demandent de ne pas réclamer le reste du salaire », ajoute un troisième. Ces derniers réclament des pourparlers avec les actionnaires de l’entreprise, notamment Enafor (majoritaire à 51%) et l’ORGM (actionnaire à 49%).
Le président du syndicat de la Société nationale de forage hydraulique, Madjid Bernou, a affirmé que des efforts se font pour résoudre les revendications qui consistent, entre autres, à revoir l’état général de l’entreprise. Elle traverse, selon lui, une phase critique, car noyée de dettes rendant difficile le financement de ses projets et le paiement des salaires de ses employés. Ce syndicaliste espère trouver des solutions à l’amiable avec les gérants de l’entreprise pour améliorer la santé financière de l’entreprise et éviter, surtout, toute escalade. Le paiement des salaires et l’amélioration de la situation financière de l’entreprise sont les principales revendications des employés.
A rappeler que cette société, créée en 2006, est le fruit d’un partenariat entre l’Entreprise nationale de forage (Enafor) et l’Office de recherche géologique et minière (ORGM). Elle souffre de difficultés financières aiguës, dues, selon les employés protestataires à la mauvaise gestion de ses gérants. <