Lors d’une opération de contrôle et d’inspection, effectuée en date du 11 mai, soit au cours de la première semaine du Ramadhan, au niveau du faubourg populaire de Sidi Saïd, les éléments de la 11e Sûreté urbaine sont tombés incidemment sur un individu qui en train de charger du cachir dans un dépôt clandestin privé. Ce dernier, âgé de 35 ans, ne possédait pas de registre de commerce afférent à l’activité commerciale en question, en l’occurrence l’alimentation générale. Suite à la réquisition du responsable par le Bureau d’hygiène communal (BHC) et celui du service social et sanitaire, relevant de l’APC de Tlemcen, il a été procédé au contrôle d’une grande quantité de produits alimentaires à priori impropres à la consommation entreposés dans le garage dans des conditions ne répondant pas aux normes de conservation, dont 46 cartons de fromage Cheezy, 49 de Tartino,
2 de La nouvelle vache, 71 de Lideale, 15 de La vache qui rit et un carton de Cowbell ainsi que 8 cartons de cachir de marque Chréa (chaque carton contient 48 barres). En vertu du visa de l’inspecteur vétérinaire et sous le contrôle du responsable du BHC, il a été procédé à la saisie de cette marchandise à priori avariée qui sera transférée vers une chambre froide. Le Procureur de la République près le Tribunal de Tlemcen a été saisi de cette affaire et un P-V judiciaire a été établi à l’encontre du contrevenant pour exercice illégal d’une activité commerciale, attentant à la santé du consommateur à travers le risque d’intoxication alimentaire. Rappelons dans ce contexte que, lors d’une opération de contrôle commercial, effectuée en début du mois de janvier 2016 par les éléments de la 11e Sûreté urbaine, en coordination avec les services de la DCP, il avait été procédé à la saisie de 5 tonnes de cachir avarié (5 620 barres) qui allaient être écoulées sur le marché.
La marchandise périmée était entreposée à l’air libre dans un dépôt dépourvu de chambre froide, situé à Sidi Othmane, appartenant à H. A. H. âgé de 50 ans. Avec cette saisie, une véritable catastrophe sanitaire, en l’occurrence une intoxication alimentaire collective (IAC), a pu être ainsi évitée de justesse.E. H. T.