En visite de travail à la wilaya de Sidi Bel Abbès, le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a animé un point de presse pour annoncer que son département œuvre à sécuriser en eau potable les localités qui éprouvent des difficultés à partir des chott Gharbi et Chergui, dont 9 communes du sud-ouest de la wilaya de Sidi Bel Abbès, qui sera alimentée à partir du chott Gharbi.

Soit une population de 75 000 habitants qui sera approvisionnée quotidiennement 24H/24, en plus de la réalisation de 3 forages supplémentaires qui seront mis en service en cas de panne, en attendant la réalisation d’un château d’eau de 1 000 m3 pour alimenter la localité de Ben Badis des eaux du chott Gharbi, pour lequel M. Necib a accordé le financement. Un projet qui va augmenter la desserte en eau potable à 32 000 m3, alors que les besoins sont estimés à 26 000 m3. Le ministre soulignera qu’une étude est en cours de réalisation pour l’exploitation de l’eau transférée du chott Gharbi pour l’irrigation de 6 000 hectares de superficies agricoles, dont 1 500 hectares au sud-ouest de la wilaya de Sidi Bel Abbès, 1 500 hectares dans la wilaya de Tlemcen et 3 000 hectares dans la wilaya de Naama. Le ministre a écouté l’exposé sur le projet du transfert de l’eau à partir du chott Chargui et instruit les responsables de l’hydraulique d’augmenter la cadence des travaux pour rattraper le retard, accordant à l’entreprise chargée du projet un délai qui court jusqu’à la fin du mois de mars prochain pour le livrer. Un projet qui va alimenter une population de 51 800 habitants à travers les communes de Tighalimet, Telagh, Mérine et Mézaourou. Le représentant du gouvernement annonce le lancement d’un projet d’exploitation des eaux épurées pour l’agriculture et l’industrie et boues pompées des stations d’épuration au profit de l’agriculture. Des boues biologiques et fertilisantes qui seront mises à la disposition des agriculteurs, accordera-t-il. Au sujet des stations de dessalement d’eau, cette eau représente 17% de production de l’eau potable et dans deux années elle représentera 25% de l’offre nationale en eau potable après l’achèvement de 4 grandes stations de dessalement. Pour la sécurité hydrique, le secteur des ressources en eau a réalisé 11 grandes stations de dessalement dont 2 d’une capacité de production de 300 000 m3 par jour à l’ouest d’Alger et à Taraf et une à Béjaïa et Skikda. Pour prémunir les zones à hauts risques des inondations, le ministre révèle qu’une centaine de systèmes d’alerte de dernière technologie sera mise en place à travers plusieurs localités, dont l’oued Makara de la wilaya de Sidi Bel Abbès, choisie comme wilaya pilote. Une étude faite a prouvé que la dépollution de l’oued peut réduire à 60% les inondations, car les déchets et les constructions aux abords de l’oued sont à l’origine des inondations, déduit le ministre. Un projet de réalisation de 30 plans de prévention des risques des inondations est en cours de réalisation pour doter les zones à hauts risques d’un système d’images satellitaires. « Un marché a été conclu entre l’Agence spatiale algérienne (ASAL) et l’Agence nationale des ressources hydraulique (ANR) pour la réalisation du plan», précise le ministre.