A la veille de la commémoration du double anniversaire de la création de l’Union générale de travailleurs algériens (UGTA) et de la nationalisation des hydrocarbures, le bureau local de l’UGTA de Sidi Bel Abbès a été secoué par un mouvement de protestation de la part de certains membres.

En effet, des membres syndicalistes affiliés à  l’UGTA de Sidi Bel Abbès sont montés au créneau jeudi et exigé le départ du secrétaire général par intérim du bureau local et de certains membres. La situation avait toutefois pris une autre tournure quand des membres sympathisants se sont opposés aux membres protestataires et fini par une dispute qui a nécessité l’intervention des éléments de la police pour faire revenir le calme. Pour faire entendre leurs revendications, les syndicalistes avaient dernièrement entamé une grève de la faim et fermé le siège du bureau de l’UGTA pendant plusieurs jours. Ils exigent, entre autres, l’installation d’une commission provisoire pour la préparation du prochain congrès, car la désignation de cette commission garantira la transparence lors des élections du bureau de l’UGTA et donnera droit aux syndicalistes d’élire leur représentant. Ils réclament également l’assainissement de l’actuel bureau et refusent par ailleurs l’installation des sections syndicales au sein des entreprises et administrations publiques sans la tenue de l’assemblée générale, ce qui est contraire à ce que stipule le règlement intérieur, rapportent-ils. « Le bureau actuel conduit par un retraité ne peut défendre les intérêts des travailleurs ni répondre à leurs nombreux problèmes et par contre s’intéresse à ses fins personnelles », déplorent les contestataires. n