Les habitants du douar Faydh Souk, dans la commune de Marhoum à l’extrême sud de la wilaya de Sidi Bel Abbès, veulent regagner leurs domiciles qu’ils avaient quittés durant la décennie noire.
Les 50 familles revendiquent des pouvoirs publics de leur assurer les conditions de vie, notamment la réhabilitation des routes pour pouvoir accéder à leurs fermes et travailler leurs terres et pouvoir se déplacer, de leur attribuer des aides financières pour la réhabilitation de leurs fermes endommagées par les groupes terroristes armés, qui sévissaient dans la région durant la décennie noire.
Outre le raccordement de leurs exploitations à l’électricité rurale et leur branchement au réseau d’eau potable, afin qu’ils puissent reprendre leur activité d’élevage, ainsi que de doter leur douar d’une école primaire pour l’enseignement de leurs enfants sans les contraindre à se déplacer au chef lieu de la commune de Marhoum. Les chefs de famille disent ne plus pouvoir supporter des conditions de vie qu’ils mènent depuis qu’ils ont quitté leur douar, alors que leurs terres agricoles fertiles sont productives et à rendements très élevés. n