Plusieurs éleveurs de la wilaya de Sidi Bel Abbès surtout ceux habitant la partie sud ont évoqué le manque d’aliments de bétail à base d’orge et sollicité les services de l’agriculture de les approvisionner en quantités suffisantes pour engraisser leurs bêtes.

Les éleveurs ont indiqué que la région a vécu une saison de sécheresse qui s’est répercutée sur le rendement des terres et fait augmenter le prix de l’orge dans le marché, alors que cet aliment est nécessaire pour l’engraissement des moutons et vaches laitières. L’activité dont ils ne peuvent s’en passer est devenue embarrassante pour la majorité, car les petites quantités qui leur sont distribuées ne suffisent pas et ils sont contraints de s’en approvisionner des marchés, indiquent-ils. Pour sa part, le responsable de l’Office national aliments de bétails de la commune de Sidi Brahim a tenu à expliquer que le problème évoqué par les éleveurs ne relève pas de ses services, l’imputant à la coopérative des céréales et légumes secs de Sfisef qui approvisionne l’office en quantités réduites d’orge, estimées à 500 tonnes, alors que la demande est très forte, ce qui empêche de satisfaire la totalité des éleveurs, surtout ceux du sud de la wilaya qui comptent un important cheptel.
Il dira avoir sollicité les pouvoirs publics et les responsables de la direction de l’agriculture d’approvisionner l’office de quotas supplémentaires en orge subventionné, afin d’augmenter la production des aliments pour le bétail et les distribuer à part égale aux éleveurs et même prendre en charge la demande de nouveaux éleveurs.
Il est à indiquer que les éleveurs avaient observé un sit-in devant le siège de l’Office de production des aliments de bétails sis dans la commune de Sidi Brahim, en signe de protestation contre le manque d’aliments pour l’engraissement de leurs bêtes.

Marhoum demande un hôpital et des équipements de santé
Dans la commune de Marhoum, située à 110 km à l’extrême sud de la wilaya de Sidi Bel Abbès, le manque de moyens de prise en charge médicale de sa population et celle des localités de Bir El H’mam et Sidi Chaïb ont poussé ces dernières à revendiquer la dotation d’un hôpital et son équipement de toutes les spécialités. La polyclinique de Marhoum manque de moyens humains, notamment des médecins spécialistes et de matériels pour son bon fonctionnement et une bonne prise en charge de la population. Les malades sont contraints de se déplacer au chef-lieu de la wilaya à une centaine de kilomètres pour se faire ausculter par un spécialiste. Ils disent rencontrer souvent d’énormes difficultés pour évacuer leurs malades, surtout lorsqu’il s’agit d’un cas d’urgence, en plus du coût du déplacement et des frais du traitement, des analyses et des radiographies, ce qui les poussent à revendiquer une autre ambulance. La structure sanitaire n’offre pas une qualité de services aux citoyens et c’est grâce à la caravane des équipes de médecins de l’hôpital de Ben Badis que les malades profitent des consultations et examens nécessaires, sauf que cela ne suffit pas et ne sont pas la solution à leur prise en charge. Les habitants revendiquent un hôpital dans leur localité avec des spécialistes et doté des équipements nécessaires, afin de leur simplifier la vie comme les daïras de Ras El Ma et Télagh, qui sont moins éloignées du chef-lieu de wilaya. N.B.