Une douzaine d’élèves du douar Ouled Benayadi dans la commune de Tilmouni parcourent au quotidien plus de deux kilomètres à pieds ou à bord d’un camion ou grâce à un véhicule de collecte de lait pour rejoindre leur école au village Gouassem ! Le manque de transport scolaire irrite leurs parents qui ont interpellé le wali de Sidi Bel Abbès pour renforcer leur douar d’un bus pour le bien être de leurs enfants et apaiser leur inquiétude.

de Sidi Bel Abbès, Nadia Boutalbi
Les enfants sont confrontés à moult dangers comme le risque d’accidents ou d’attaques de chiens errants. L’hiver est pour bientôt et les élèves doivent sortir de leurs maisons avant la levée du soleil et attendre les transporteurs privés sous la pluie et le froid glacial et rentrer de leur école tard le soir et épuisés. «Ils sont contraints de se lever à 6h00 du matin pour trouver le transport privé, sinon ils doivent marcher», souligne-t-on. Le problème perdure depuis plusieurs années et il est temps de le prendre en charge et permettre aux élèves d’aller le plus normalement à l’école, déplorent les parents d’élèves. Certains parents d’élèves Sont décidés d’interrompe la scolarisation de leurs filles dans le cas où le calvaire du manque de transport scolaire perdure. Ils ne peuvent continuer à vivre la peur au ventre des agressions et d’enlèvements par des inconnus. Le seul bus scolaire qui fait le ramassage des élèves des douars de la commune ne dessert pas leur douar. Pour sa part, le président de l’APC de Tilmouni a reconnu que l’unique bus scolaire ne dessert pas le douar à cause de l’état détérioré du chemin communal reliant douar Oualmia à douar Ouled Benayadi et précise que les travaux de sa réhabilitation sont prévus pour l’année 2020. Les parents des élèves espèrent trouver la solution au calvaire du manque de transport et permettre aux élèves de se concentrer uniquement sur leurs cours.
Dar El Beïda se dote d’un nouveau centre médical
Par ailleurs, le village de Dar El Beïda relevant de la commune de Boukhanifis, dans la wilaya de Sidi Bel Abbès, s’est doté récemment d’un centre de santé au grand bonheur de sa population. L’établissement de santé publique va permettre à la population du village l’accès aux soins de première nécessité au lieu de parcourir des kilomètres vers le chef-lieu de la commune. Avant l’ouverture du nouveau centre de santé, les villageois se plaignaient du déficit enregistré dans la prise en charge médicale, car l’unique salle de soins manquait de moyens même les premiers soins n’y étaient pas assurés et fermait ses portes à 16 heures sans aucune permanence, a-t-on soutenu. Les patients étaient orientés vers les établissements de santé du chef-lieu de wilaya ou la daïra de Sidi Ali Benyoub sans oublier le coût du transport. Un calvaire que vivaient les habitants, surtout en pleine nuit, lorsqu’ils ne trouvaient pas de véhicule pour évacuer leurs malades et les parturientes qui souvent risquaient de perdre leur bébé. Les villageois sont soulagés de pouvoir trouver se soigner au niveau du nouveau centre de santé sans se déplacer vers d’autres daïras.n