Après une absence qui a duré presque deux mois, le Hirak a repris à Sidi Bel Abbès, où une centaine de femmes et d’hommes ont envahi la place du 1er-Novembre du centre-ville tout de suite après la prière du dohr.
Les Hirakistes ont scandé « on a dit la bande dégage », « goulna la issaba trouh », « doula madania machi askaria », « vous ne nous faites pas peur avec la décennie noire, nous avons vécu dans la misère », « mat khawfounech bel ochria, chbaana mizirya », « les généraux ayb alikoum mazel la France tahkem fikoum »,
« istiqlel istiqlal », « klitou bled ya sarrakine », « yaskoute nidam doula ouled haram ».
Les manifestants qui ont marché à travers les artères de la ville ont levé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « le Hirak veut instaurer un Etat de droit et de liberté ».