Depuis lundi, le siège de l’APC de Chetouane Belaila, relevant de la daïra de Ben Badis, dans la wilaya de Sidi Bel Abbès, est cadenassé par des dizaines d’habitants qui ont interdit à ses fonctionnaires et élus d’y accéder. Un mouvement qui a gelé toutes les activités et contraint de nombreux citoyens, venus se faire délivrer des documents nécessaires pour leurs dossiers administratifs, à rebrousser chemin. Les contestataires ont réagi, indique-t-on, pour faire pression sur les responsables communaux et les obliger à afficher la liste nominative des bénéficiaires du quota de 130 logements ruraux groupés, qui a fait trop de retard, alors qu’ils vivent dans des conditions déplorables sans pareille. Les villageois qui n’ont pas bénéficié du quota des 60 logements sociaux locatifs espèrent en bénéficier dans le cadre du programme de l’habitat rural groupé ainsi que d’une aide financière dont ils ont cependant demandé sa réévaluation à 100 millions de centimes, pour servir aux travaux de construction. D’après eux, la majorité des postulants à cette formule d’habitat n’ont pas l’argent pour achever les travaux de construction d’un appartement de type F3 et vu la cherté des matériaux de construction, 70 millions de centimes alloués par l’Etat sont insignifiants. Toutes les tentatives des responsables locaux de faire rétablir l’ordre dans la localité n’ont pas été fructueuses. Par contre, les contestataires sont décidés à n’écouter quiconque jusqu’à satisfaction de leurs revendications légitimes et légales, a-t-on estimé. n