Les habitants du village de Bouyetas dans la commune d’Oued Sefioune, relevant de la daïra de Ténira, souffrent de plusieurs insuffisances dont la plus criante reste la pénurie d’eau potable, qui boude les robinets depuis plusieurs jours.

Le manque d’eau crée un vrai désagrément aux villageois qui ne trouvent pas de quoi étancher leur soif en ses jours de grandes chaleurs et les obligent à recourir à acheter l’eau auprès des colporteurs d’eau. Autre désagrément, le chemin de wilaya numéro 68 C reliant leur village à la commune de Tighalimet est devenu très détérioré, et impraticable. Selon les propos des habitants, les nombreuses doléances adressées aux responsables locaux et des travaux publics, pour la réfection du tronçon routier, n’ont pas été prises en compte. Les transporteurs refusent d’emprunter la chaussée et empruntent des chemins plus longs pour conduire leurs clients vers leur destination. Pour leur part, les demandeurs de l’habitat rural attendent toujours leur quota de lots de terrain pour réaliser leurs logements et fuir l’exiguïté des logements qu’ils occupent pour la plupart. Les bénéficiaires des locaux professionnels ont soulevé le problème de l’absence de l’électricité, indiquant qu’ils étaient contraints de se brancher à partir des habitations voisines. En réponse aux doléances des habitants, le secrétaire général de l’APC d’Oued Sefioune a révélé que ses services ont bénéficié d’enveloppes financières pour la réalisation de projets pour le bien-être de la population, indiquant qu’un montant d’un milliard 200 millions de centimes est consacré à la réalisation d’un puits profond d’une profondeur de 200 mètres. Les travaux vont démarrer vers la fin du mois d’aout, souligne-t-il. Une autre enveloppe de 25 milliards de centimes est réservée aux travaux de réhabilitation du chemin reliant le village Bouyettas à la route menant au village Ain Chafia sur une distance de 19 km. En ce qui concerne le problème de l’électricité, il impute le retard à la société de distribution de l’électricité et du gaz, qui a retardé à doter les locaux professionnels de compteurs, alors que ses services ont payé les frais nécessaires.