La cour pénale de Sidi Bel-Abbès a reporté au 18 septembre prochain le procès de l’affaire de corruption impliquant des fonctionnaires locaux du secteur de la santé, accusés de dilapidation de deniers publics, d’abus de pouvoir et de passation de marchés suspects, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Le procès a été reporté en raison de l’absence de certains avocats, de témoins et d’accusés, a expliqué la même source. Parmi les accusés dans l’affaire de dilapidation de 370 millions DA, figurent trois ex-directeurs de l’établissement hospitalier spécialisé en gynécologie obstétrique, deux cadres de la direction locale de la santé ainsi que trois fournisseurs des établissements hospitaliers. Les faits de cette affaire remontent au mois d’octobre 2017 lorsque les services de la Gendarmerie nationale ont ouvert une enquête sur une affaire de dilapidation de deniers publics, d’octroi de marchés publics illégalement au niveau de l’EPH spécialisé en gynécologie obstétrique.
En octobre 2018, il a été mis fin aux fonctions de trois responsables qui se sont succédé à la direction
de cet établissement sanitaire et
de la directrice de l’établissement hospitalier spécialisé en gynécologie obstétrique,
rappelle-t-on.