Près de 1 285 couffins garnis ont été distribués par le bureau de wilaya du Croissant-Rouge algérien (C-RA) de Sidi Bel Abbès aux personnes nécessiteuses habitant le chef-lieu et dans les communes de Sfisef, M’cid et Lamtar.


Les membres du C-RA, toujours mobilisés pour venir en aide aux familles durant les catastrophes et toutes circonstances, n’ont pas manqué leur élan de solidarité durant cette crise sanitaire du Covid-19 et ont collecté des produits alimentaires consommables pour les distribuer aux démunis et aussi aux journaliers sans revenu depuis la suspension des activités libérales. «Une campagne qui va se poursuivre pour prendre en charge le plus grand nombre de nécessiteux et de personnes sans abri», a-t-on souligné. Le Croissant-Rouge algérien poursuit toujours les opérations de désinfection des sièges et des places publiques à travers toutes les communes de la wilaya et à sensibiliser les citoyens sur l’importance de rester chez soi et de respecter les mesures de confinement partiel, afin de se prémunir contre la contamination au coronavirus. Les membres du C-RA se préparent aussi pour être au rendez-vous les 20 et 22 avril afin d’organiser les foules de retraités devant les portes de bureaux de poste en les obligeant au respect de la distance de sécurité et des consignes d’hygiène.

Des protestataires réclament leur relogement avant le Ramadhan
La commune de Lamtar, dans la daïra de Ben Badis, distante du chef-lieu de Sidi Bel Abbès d’une quarantaine de kilomètres, a été secouée, jeudi, par un mouvement de protestation organisé par un groupe de citoyens bénéficiaires de logement social locatif (LSL). Mécontents, ils ont fermé le siège de leur APC et interdit aux élus d’y accéder leur reprochant le retard de leur relogement. Les bénéficiaires, qui ont réglé toutes leurs dettes auprès des services de l’OPGI, ont réclamé de les reloger avant le mois de Ramadhan comme cela était prévu, sauf que les responsables de l’APC ont décidé de reporter la date après la crise sanitaire du coronavirus. Selon leurs représentants, ils avaient payé le droit de location, obtenu leur pré-affectation et s’attendaient à obtenir leur clé avant le mois sacré. Ils espéraient passer le Ramadhan dans les logements neufs et confortables mais, en réalité, ils sont appelés à patienter encore plusieurs mois et continuer à vivre dans les mauvaises conditions qui sont les leurs depuis des années. Le P/APC aurait prétendu que les appartements ne sont pas encore branchés à l’énergie électrique et qu’il est impossible de leur remettre les clés des logements. Les bénéficiaires lassés par le retard sont décidés à maintenir leur mouvement de protestation et laisser l’APC fermée jusqu’à obliger les responsables à se soumettre à leur revendication. n