Depuis 2017, date d’entrée en production du gigantesque complexe sidérurgique de Béthioua (wilaya d’Oran), fruit d’un partenariat entre l’Entreprise portuaire d’Arzew (EPA) et la société turque de sidérurgie « Loyaliste », un des leaders dans le domaine, Tosyali Algérie enregistre d’année en année des résultats fort appréciables de sa production et, par ricochet, des chiffres d’affaires sur une courbe ascendante.

Des performances mises en exergue par Alp Topcuoglu, membre du conseil d’administration de Tosyali Algérie. C’était lors de sa première sortie médiatique qui a eu lieu hier à Alger. Dès l’entame, il a tenu à préciser que « le complexe a été réalisé par le biais d’un capital libéré de l’ordre de 50 000 millions de dollars. Ce qui témoigne que le groupe turc s’inscrit dans la durée en Algérie », a-t-il indiqué. Et d’ajouter dans ce sens : « Nous allons continuer à investir dès lors, où au sein de notre groupe on reste convaincus que le climat des affaires en Algérie est favorable à 100%. » Revenant sur la progression de la production du rond à béton et du fil à machine, enregistrée au niveau du complexe depuis son entrée en production, il dira : « Nous sommes vite passés en termes de volumes du simple au double dans un temps très court. En clair, nous sommes passés de 1 million de tonnes à 2,8 millions de tonnes de fer à la fin 2018, pour un chiffre d’affaires réalisé de 180 millions de dollars ». Un chiffre d’affaires qui, selon le responsable, va à coup sûr s’élever. Et d’arguer dans ce sens : « Nous allons atteindre en 2020 une production de 500 000 tonnes de tubes spiral par an où viendra s’ajouter le chiffre de vente de l’acier plat, issu de la nouvelle grande usine, dont les travaux de réalisation ont débuté. Autre volet abordé par le conférencier celui de l’exportation. Et là aussi, le conférencier s’est dit très satisfait. « Nous avons expédié en 2018 aux Etats-Unis 70 000 tonnes de rond de béton alors qu’auparavant ce sont seulement 10 000 tonnes expédiés vers le même pays », a signalé le responsable. Comme il a tenu à faire savoir pour ce qui concerne le tube spiral, sans donner de chiffres exacts, « d’importantes quantités seront expédiées cette année vers la Roumanie, la Belgique et l’Egypte ». Toujours au sujet des investissements, le responsable de Tosyali Algérie a révélé que « nous visons dans un futur proche de réduire le coût à la production du rond à béton et du fil à machine. Pour ce faire, nous allons faire baisser le coût du fret du minerai de fer importé. Une fois le nouveau quai minéralier réalisé, en partenariat avec le port d’Arzew, il va permettre de réceptionner des navires de 200 000 tonnes, rendant ainsi les délais d’arrivage de la matière première plus courts ». Mais c’est surtout le minerai de fer issu du gisement de Gara Djebilet, près de Tindouf, qui est d’un grand intérêt pour Tosyali Algérie.
En effet, selon son responsable, «nous ne serons plus tributaires des importations car nous disposerons d’un minerai de fer local et, par voie de conséquence, moins cher sur le plan fret, car nous avons conclu un contrat de partenariat avec l’entreprises publique de transport sur rail, Ferial. Restera donc à réduire la haute teneur en phosphate du minerai de Gara Djebilet ». A ce sujet, le responsable turc a tenu à annoncer : « Nos laboratoires ont réussi à trouver le moyen de réduire considérablement le taux de phosphate dans le minerai. Un procces que nous allons transférer à l’entreprise qui va exploiter le gisement de Gara Djebilet ». Pour clore ce chapitre le responsable a déclaré que son groupe « a la ferme volonté d’aller plus loin dans son engagement avec l’Algérie ». Interrogé sur le mouvement de grève initié le mois dernier par les travailleurs du complexe, le responsable a été catégorique dans ses réponses. Il a d’emblée reconnu que « sa société s’est rendue quelque part responsable des piquets de grève par son très peu de communication avec les représentant des
4 000 travailleurs que compte le complexe ». Toutefois, dira le responsable, « tout est rentré dans l’ordre puisque nous avons répondu favorablement à la majorité des revendications du personnel », citant entre autres une majoration de 15% des salaires, une prime de fin d’année et une autre pour l’achat du mouton de l’Aïd el Adha de l’ordre de 48 000 DA sans compter les primes de panier qui eux aussi connu des augmentations. Le responsable a enfin annoncé que des rencontres avec les représentants du personnel seront organisées chaque mois « en signe de bonne relation entre les deux parties », a-t-il conclu.<