De Béjaïa, Yacine B.
Comme attendu, le niveau d’abstention était très élevé lors des élections législatives anticipées, tenues hier, dans la wilaya de Béjaïa. A 14H, alors que l’ensemble des centres de vote étaient déjà fermés, le taux de participation à l’échelle de la wilaya était estimé à 0,72 %, a annoncé le responsable local de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Achour Hachemaoui.
Lors d’un point de presse, organisé hier en début d’après-midi au siège de l’ANIE de Béjaïa, M. Hachemaoui a affirmé qu’«à l’heure actuelle, le nombre de votants à travers toute la wilaya a atteint 4 017 sur un total de 561 796 inscrits sur le fichier électoral, répartis sur 1 705 bureaux de vote».
Notons que seuls 22 centres de vote sur les 509 que compte la wilaya de Béjaïa ont pu ouvrir leurs portes, hier matin, alors que le scrutin n’a pu avoir lieu dans la majorité des communes, comme en témoignent les chiffres communiqués par le représentant local de l’ANIE. Vers 12H, les deux centres de vote qui restaient ouverts, l’un au chef-lieu de wilaya et l’autre dans la commune de Tifra, ont fini par fermer. Dans plusieurs localités, à l’instar de Tazmalt, Sidi Aïch, El Kseur et Amizour, les responsables des centres de vote ont été contraints d’interrompre l’opération de vote avant 11H en raison de la pression populaire.
En tout cas, ce scrutin législatif, bien qu’il soit organisé dans un climat de tension, s’est finalement déroulé dans la sérénité puisque qu’aucun incident notable n’a été signalé à travers toute la wilaya de Béjaïa. Néanmoins, des escarmouches entre la police et un groupe de jeunes manifestants ont éclaté la veille dans la ville d’El Kseur.
En effet, des forces anti-émeutes ont dû intervenir dans la soirée de vendredi pour disperser les manifestants qui ont pris d’assaut le siège de la daïra d’El Kseur, en scandant des slogans hostiles aux élections du 12 juin. Ces heurts nocturnes, qui ont duré plusieurs heures, se sont soldés, selon des témoins oculaires, par l’arrestation de six jeunes manifestants. Ce qui a, d’ailleurs, poussé un bon nombre de citoyens d’El Kseur à investir la rue, le lendemain matin. Ces derniers, mobilisés et déterminés à libérer leurs concitoyens arrêtés la veille, ont dressé des barricades au niveau du rond-point situé à la sortie-ouest de la ville d’El Kseur.
A Amizour, une daïra située à 25 kilomètres au sud-est de Béjaïa, l’unique centre de vote ouvert au lycée Cheikh Aziz-El Haddad, a été fermé vers 10H sous la pression populaire. Sur les 24 900 électeurs inscrits sur le fichier électoral de cette daïra, seules 36 voix ont pu être exprimées. Même topo dans la ville de Sidi Aïch, où le seul centre de vote opérationnel au niveau de l’école primaire Krimat-Tayeb a enregistré quelque 45 votants sur un total de 7 303 inscrits, avant de fermer ses portes vers 11H.
Par ailleurs, à Kherrata, les irréductibles du Hirak qui manifestent chaque samedi ont battu le pavé, hier encore, à travers une marche pacifique qui s’est ébranlée depuis la symbolique place du 16-Février jusqu’au centre-ville. A l’issue de leur marche, les manifestants ont observé un rassemblement devant le siège de la daïra en signe de rejet des élections législatives. A noter que la veille, les partisans du boycott de ce scrutin ont sillonné les quartiers de la ville de Kherrata pour appeler la population locale à s’abstenir de voter le lendemain. n