La wilaya de Sétif révèle d’importantes potentialités touristiques d’une valeur inestimable. Malheureusement, la majorité de ces sites touristiques sont aujourd’hui mal exploités pour des raisons inconnues. C’est le cas des merveilleuses cascades d’Ouled Ayad qui se trouvent dans la commune d’Oued El-Berd, située à près de 50 kilomètres au nord de Sétif.

Ce site paradisiaque avec ses cinq cascades, ses gros rochers, ses arbres presque centenaires, son eau glacée et sa végétation verdoyante entourant les cascades est livré aujourd’hui à son triste sort. En dépit de la fréquentation massive des touristes à longueur d’année, les autorités concernées n’ont pas jugé utile de doter ce site d’infrastructures nécessaires pour améliorer l’accueil des touristes. Les villageois et les touristes ne ratent aucune occasion pour lancer un appel aux responsables concernés de mieux exploiter cette région qui fait partie du massif forestier Babor, classé récemment aire protégée dans la catégorie parc national. Déserté dans le passé à cause de l’état d’insécurité qui régnait, ce havre souffre actuellement de projets de développement. Si ce site attire aujourd’hui de nombreux touristes, c’est grâce aux efforts des villageois très généreux qui ont aménagé les lieux et construit des cabanes en bois.

La route : un point noir
Pour rejoindre les cascades d’Ouled Ayad, appelées communément «les sources», il faut prendre un chemin exigu et plein de virages d’une dizaine de kilomètres. Les villageois mais aussi les touristes rencontrés sur les lieux n’ont cessé de dénoncer l’état de dégradation avancé de cet axe routier sinueux. En effet, cette route qui mène au village d’Ouled Ayad n’a pas été aménagée depuis la décennie noire. Lors de cette période, les villageois ont fui les affres du terrorisme. Sur la route, nous avons constaté l’aménagement d’un tronçon d’un kilomètre par les services de l’APC. Ces derniers n’ont pas procédé à son extension. Sur cet axe routier le passage de deux véhicules est très difficile. «Cela fait des années que je fréquente ce site merveilleux. L’état de la route ne cesse de se dégrader avec les intempéries. Comment les responsables veulent promouvoir les différents types du tourisme sans construire des infrastructures. Nous sommes prêts à cotiser pour l’extension de cette route. C’est honteux de voir cette énorme potentialité touristique mal exploitée», nous dira Mansour, la cinquantaine, originaire de Sétif.
Pour le président de l’APC, Djahid Melliani, ses services ne disposent pas des moyens financiers pour aménager tout l’axe routier. « Nous avons lancé une opération de réhabilitation du chemin communal qui commence du CW 137A vers les sources. Une enveloppe financière estimée à près de 3 milliards de centimes a été dégagée pour cette opération qui s’inscrit dans le PCD (plan communal de développement). Nous profitons de cette occasion pour interpeller les services de wilaya pour un autre budget pour réhabiliter un autre axe routier entre les sources et Beni Dracene, afin de permettre aux visiteurs des cascades d’utiliser le premier axe pour l’aller et le deuxième axe pour le retour », a ajouté Djahid Melliani.
Ce dernier a appelé aussi les services de la wilaya d’accorder une enveloppe pour la réhabilitation du CW 137 reliant les communes d’Oued El-Bered et Babor.
Selon lui, la réalisation de cette route permettra le désenclavement des villageois et la promotion du tourisme de montagne.

Manque flagrant d’infrastructures
Dans le même sillage, ce site manque cruellement d’infrastructures afin d’améliorer les conditions d’accueil. Le parking qui se trouve à l’entrée du site s’est avéré exigu vu le grand nombre des véhicules qui fréquentent cette région. Nous avons constaté sur les lieux la présence des véhicules immatriculés de différentes wilayas. Selon le gérant du parking, cet espace de stationnement qui peut abriter jusqu’à 40 véhicules semble aujourd’hui trop petit. «Pour régler ce problème nous avons procédé à l’aménagement de certains espaces à côté de la route. C’est la seule solution pour éviter une éventuelle situation de blocage de l’entrée de ce site. Nous avons appelé à maintes reprises pour procéder à l’extension du parking, en vain. Aujourd’hui nous accueillons quotidiennement entre 70 et 80 véhicules. On trouve moult difficultés pour les stationner », expliquera El-Khier. Ce dernier n’a pas manqué d’évoquer le problème d’absence d’électricité et d’éclairage public. Pour les quelques restaurants installés sur le site, le raccordement au réseau d’électricité a été fait anarchiquement. « Cela fait des années que nous avons appelé les services compétents pour le raccordement de nos tentes au réseau d’électricité, en vain. L’électricité est à un kilomètre d’ici », nous dira un restaurateur. Certains visiteurs ont évoqué aussi l’absence de toilettes publiques. Sur le site, il existe une seule toilette qui ne répond plus aux besoins d’un grand nombre de touristes. « C’est un autre point noir. La réalisation de ces infrastructures ne coûte pas cher. C’est la moindre chose qu’on peut faire pour mieux accueillir les touristes », ajoutera un autre touriste.

Le site d’Ouled Ayad compte cinq cascades
Les services de l’APC ont construit dans le passé des escaliers pour permettre aux touristes d’accéder à ces cascades. Certaines cascades qui se trouvent dans la montagne demeure toujours inaccessibles faute d’accès. Les visiteurs rencontrés appellent les autorités locales de réaliser des escaliers jusqu’au sommet de la montagne pour pouvoir découvrir le massif forestier. A noter que certains jeunes accèdent à la montagne en prenant le risque en empruntant une piste pleine de gros rochers. A noter également que ce site ne dispose pas d’aires de jeux au profit des enfants. Il manque aussi des espaces aménagés pour les familles. Le manque de transport assurant la liaison entre le site et le chef-lieu est un autre casse-tête. Les visiteurs appellent aussi l’installation d’u poste avancé de la Protection civile pour intervenir en cas d’accident. «La semaine passée, un jeune a été blessé suite à la chute d’un rocher. Il a fallu attendre plus de 45 minutes pour que la Protection civile arrive pour évacuer la victime à l’hôpital », ajoutera notre interlocuteur.

Le site attire de plus en plus de touristes
Même si ce site magnifique est abandonné par les autorités locales ainsi que les responsables du secteur du tourisme, il continue de séduire aussi bien les touristes étrangers que les visiteurs qui viennent des quatre coins du pays. Installé à Lyon en France, Kamel, âgé de 44 ans, est l’un des visiteurs qui a été séduit par ce site magique. «Je viens ici pour la première fois. Je suis venu avec ma famille. J’ai découvert ce site sur YouTube. Ce site magnifique mérite une attention particulière des responsables concernés. Ils doivent encourager les investisseurs pour rendre ce lieu plus attractif. Pourquoi pas la réalisation de bungalows en bois, des aires de jeu et espaces pour les familles », suggère-t-il. Le site attire aussi les Tunisiens. « Cela fait des années que les Tunisiens ont découvert les cascades d’Ouled Ayad. On accueille presque quotidiennement des Tunisiens », nous dira un restaurateur. Amine est venu de la wilaya de Chlef, plus précisément de la ville côtière de Ténès. Ce dernier âgé de 35 ans se dit émerveillé par les atouts de ce site magnifique et unique. « Notre pays est très beau. Il a tous les atouts pour devenir très attractif. Il suffit de faciliter et d’encourager les investisseurs pour la concrétisation de structures d’accueil. L’Etat doit investir dans ce secteur vierge pour booster son économie. Il est temps de promouvoir la destination Algérie », clamera-t-il. A noter aussi que cette région attire chaque année les visiteurs des wilayas du Sud, qui viennent pour se ressourcer et profiter de la fraîcheur des eaux d’Ouled Ayad. « Les visiteurs du Sud louent des habitations dans les communes avoisinantes à l’instar d’Amoucha, Tizi N’bechar et même au chef-lieu communal pour passer les vacances de l’été ici dans le site d’Ouled Ayad », nous a-t-on expliqué.

Un site riche en produits du terroir et plantes médicinales
La région est très riche en produits du terroir. Dans le cadre de la valorisation de ces produits, les villageois exposent à l’entrée certains produits artisanaux pour la commercialisation. Ces derniers gardent toujours le métier de fabrication des articles en poterie. Ils exposent aussi des fruits de la région comme la figue, la noix, l’huile d’olive. « Tous ces produits exposés sont issus de cette région connue dans le passé pour sa zaouia de Taftst d’Ouled Salah. Notre montagne est riche aussi par ces plantes médicinales à l’instar du thym », précisera Abdelmadjid. Les jeunes vendeurs n’ont pas manqué de demander des cabanes en bois pour pouvoir commercialiser leurs produits. La Conservation des forêts de Sétif a installé quatre kiosques en bois dans le village d’Ouled Ayad. Selon les villageois, les kiosques ont été implantés loin du site. «Ces kiosques sont isolés. Nous lui avons demandé d’implanter ces kiosques sur nos terrains près des sources pour les exploiter, malheureusement notre demande n’a pas été prise en considération. L’installation de ces kiosques sur site pourraient créer de nombreux emplois», explique un villageois.

L’appel des villageois et des touristes
Les villageois, les visiteurs, les touristes mais aussi les associations lancent encore une fois un appel aux responsables à la tête du secteur du tourisme de se pencher sérieusement sur les doléances soulevées pour améliorer les conditions d’accueil des familles dans cet endroit rare. Selon l’avis des observateurs, l’Etat doit prêter attention à ce secteur, créateur de richesses et d’emplois pour booster l’économie nationale fragilisée à chaque fois par les chutes du prix du pétrole.